Christophe Chazalon
Copyright © 2011. Tous droits réservés.

Co-réalisation de Chris Marker

Cette catégorie comporte les films, longs métrages et courts métrages, co-réalisés par Chris Marker. Par ailleurs, la co-réalisation peut être de différentes sortes : de très partielle comme pour Les astronautes à complète comme pour Les statues meurent aussi.
Les films sont proposés ici dans l'ordre chronologique.

Les Statues meurent aussi / Alain Resnais et Ghislain Cloquet

Cliquez pour agrandir l'image1953 - France - 32' - 35 mm - N&B

"Pourquoi l'art nègre se trouve-t-il au musée de l'Homme, alors que l'art grec ou égyptien est au Louvre?"

Les Statues meurent aussi, c'est l'aventure de trois hommes (Resnais, Marker, Cloquet), passionnés par le cinéma, et désireux de revoir l'histoire d'un monde trop malmené par le regard de l'homme blanc: l'Afrique noire.
Dans son interview donnée, en mars 1957, à Simone Dubreuilh, pour Les Lettres françaises, le journal culturel et littéraire hebdomadaire dirigé par Aragon et partiellement financé par le PCF,  Marker précise, au sujet de sa collaboration pour les Statues meurent aussi avec Alain Resnais, qu'ils ont "vraiment tout pensé ensemble. Il s'est agi d'un jumelage assez rare. La première idée: un film sur l'art nègre, date de la fin de l'année 48 et du début de l'année 49."1
Il faut se rappeler qu'Alain Resnais est alors en pleine gloire avec son court-métrage Van Gogh primé à Venise en 1948 et "oscarisé" en 1949. Renouvelant le genre du documentaire d'art d'une manière magistrale, tout le monde veut son "Van Gogh" et les commandes affluent de tous côtés. L'idée d'un film sur l'art nègre n'est donc en rien surprenant, si ce n'est que c'est un projet qui trotte dans la tête de Resnais et celle de son ami Marker, et non d'un producteur greedy. Il ne faut pas oublier non plus qu'à cette date le contexte est favorable au développement de ce sujet, que ce soit avec la Constitution de 1946, les contre-effets de la guerre d'Indochine qui bat son plein ou l'adoption en décembre 1948, par l'ONU de La Déclaration universelle des droits de l'Homme, prémisse propice à la décolonisation, en particulier celle de l'Afrique.
Dans une interview accordée à Birgit Kämper et Thomas Tode, en 1996, dans le cadre de leur "biographie" sur Chris Marker (un ouvrage incontournable, on ne le répétera jamais assez), intitulée Chris Marker. Filmessayist (1997), Alain Resnais revient sur la génèse et l'entreprise des Statues meurent aussi. A la question "comment est née l'idée de son premier film avec Chris Marker, Les Statues meurent aussi, il répond: 

"Si trattava di un film su commissione. Un'associazione, Présence Africaine, l'aveva proposto à Chris, che mi chiese se volevamo realizzarlo assieme, perché pensava che sarebbe stato più divertente e piacevole. Chris ha scritto la sceneggiatura e il testo, ma stavamo entrambi alla macchina da presa, con Ghislain Cloquet, e alla moviola. Ci siamo messi d'accordo sugli oggetti da mostrare. Non è stato sempre facile, perché nessuno dei due era un esperto d'arte africana, ma abbiamo imparato molto facendo il film. E il bello di fare un documentario. Ci si occupa di cose che altrimenti si ingnorebbero. Il film è stato per noi un'occasione per occuparci di arte africana. Ci siamo recati a Londra et a Bruxelles e abbiamo visitato collezionisti privati e, alla fine, eravamo quasi degli esperti. Il nostro esperto in arte africana, Charles Ratton, si è quasi sempre congratulato con noi per le nostre scelte. Mentre lavoravamo al film, non immaginavamo che avrebbe suscitato tante polemiche. L'avessimo immaginato, ci saremmo cauteli con un contratto. Ma, di fatto, non c'era contratto fra noi e l'associazione."2

Et effectivement la réalisation de ce film fut difficile. Resnais, dans une autre interview accordée à la revue Image et son, en 1962, répondant à la question de savoir s'il referait un court métrage, précise que "le court métrage est moins rentable et nécessite un travail au moins aussi intense qu'un long film. Je n'ai pas connu, dit-il, des conditions plus impossibles, des difficultés plus exténuantes, des démarches plus fastidieuses que pour les Statues... Vous ne pouvez pas imaginer les ennuis que nous avons eus, Chris et moi, avec ce film!"3
Mais le tournage a réservé quelques bons moments aussi. Marker dans une interview accordée au journal Libération en 2003, comparant l'usage du DVD à la projection cinématographique, se souvient du séjour londonien. "Je viens de regarder le ballet d'Un Américain à Paris, explique t-il, sur l'écran de mon iBook, et j'ai quasiment retrouvé l'allégresse que nous éprouvions à Londres en 1950, avec Resnais et Cloquet, pendant le tournage des Statues meurent aussi, lorsque tous les matins, à la séance de 10 heures du cinéma de Leicester Square, nous commencions la journée de travail en revoyant le film."4
Lorsque l'on parle des Statues meurent aussi, il est un personnage qui reste toujours dans l'ombre: Ghislain Cloquet. Pourtant, il décrivit aussi son expérience du tournage des Statues... dans un document peu connu, paru dans L'Ecran français en septembre 1952, à travers lequel il nous offre un autre regard non dénué d'intérêt:

"Bien sûr, je dois avoir un point de vue assez particulier sur ce film, puisque j'en suis l'opérateur. Mon principal étonnement est d'avoir eu l'immense chance, littéralement inespérée, de le tourner, car tous les opérateurs de moins de trente ans vous diront qu'ils faut aujourd'hui une singulière conjonction de circonstances pour participer à un court métrage pourvu d'un vrai scénario (Chris Marker) dirigé par un vrai metteur en scène (Alain Resnais) et de parvenir, à travers les vicissitudes d'usage, au bout de ces deux cent soixante-cinq plans sans avoir eu à consentir de sacrifices infamants. Je veux bien qu'il ait fallu y mettre de l'acharnement; ce n'est pas de but en blanc que la caméra fut préférée à l'appareil photographique, les voyages à Londres et à Bruxelles préférés au photofilmage des cartes postales représentant les pièces rares, etc. Le spectateur dira s'il y a gagné. Pour moi, je pensais jusqu'ici qu'il y avait, pour un technicien, trois éventualités; la première, sans conteste, le chômage; la seconde, les films-biftecks, qu'on tourne le mieux qu'on peut, en finissant par croire à des sujets idiots, en se persuadant que l'indigence matérielle est une grande inspiratrice et qu'on ne sait jamais... Un nouveau style est toujours prêt à naître. Et, enfin, les films qui vous donnent l'impression de "faire votre métier". C'est la meilleure surprise dont je veuille me souvenir en pensant à Les Statues meurent aussi. La photographie se met à jouer un rôle, les problèmes naissent (une erreur de compréhension du scénario est une catastrophe), l'exigence des autres vous oblige à repenser les formules, à "apprendre" votre métier (l'occasion est devenue trop rare de le faire dans une équipe), la solution honnête n'est plus assez bonne; les idées naissent, elles sont essayées et le travail avance avec pour chacun le sentiment de traduire les autres. C'est un peu d'oxygène dans une année d'étouffement, c'est une petite demi-heure arrachée aux limbes de la production; il faut en obtenir d'autres, le cinéma ne vit pas d'autre chose. Si le public veut compter sur nous, il faut qu'il sache que nous comptons sur lui."5

Mais pour pouvoir compter sur le public, il faut pouvoir diffuser l'oeuvre, lui montrer le travail. Et là, c'est perdu.
En effet, ce qui a marqué Les statues meurent aussi ce n'est pas tant le sujet ou son traitement, mais bien la censure (totalement injustifiée) dont le film été victime avant même sa sortie.
On a beaucoup écrit à ce sujet, de Resnais lui même, à Georges Sadoul, en passant par les historiens d'aujourd'hui. Nous survolerons donc l'histoire en résumant l'essentiel.
En France, dans l'immédiat après-guerre, les visas d'exploitation des films sont accordés par la Commission de Contrôle des Films Cinématographiques (CCFC), présidée par un conseiller d'Etat, et rattachée au Centre National de la Cinématographie (CNC) créé en 1946.
Marker, dans sa toute première édition des Commentaires (1961), donne, non sans amertume, le résumé de l'affaire suivant:

"Voici un film dont a beaucoup parlé. Un peu trop, sans doute. Et il est probable que, relâché par une Censure qui le garde sous clef depuis dix ans, il décevrait. Le "colonialisme" qu'il met en accusation dans sa dernière partie, qui le revendique en ces temps éclairés et décolonisateurs que nous vivons ? En fait, et même à l'époque de sa réalisation, les raisons de l'interdiction de ce " Grandeur et Décadence de l'Art Nègre" n'ont jamais été très claires. Elles visaient vraisemblablement plus la forme que le fond, et plus précisément une certaine règle du jeu, un certain code non respecté, que "la forme". Ainsi, des Fonctionnaires qui apparaissaient au hasard des bandes d'actualités utilisées dans la dernière bobine, et dont le visage était aussi inconnu des auteurs que le public, n'ont jamais pu se défaire de l'idée (étrangement flatteuse) qu'ils étaient pris personnellement à partie. Or il est bien établi que le pamphlet, genre admis et honoré en littérature, ne l'est pas au cinéma, divertissement des masses.
Mais il ne s'agit pas de reprendre ici une querelle désormais sans intérêts. Seulement quelques repères: entrepris en 1950 à la demande de Présence Africaine, le film était achevé en 1953, malgré, après avoir été interrompu à cause de, et commencé grâce à Tadié-Cinéma-Productions.
La Commission de Contrôle lui refusait son visa de la façon tartuffe qui est la sienne, signalant la nécessité de coupures mais se gardant de préciser lesquelles "pour ne pas se substituer aux auteurs" (voir Appendice et Pièces justificatives). Après quoi, c'étaient dix ans de silence, puis la sortie commerciale des deux premières bobines - opération à laquelle les auteurs avaient consenti à la condition que la copie ainsi mutilée fût précédée d'un carton annonçant "Copie tronquée - à ne pas confondre avec l'original". Mais le producteur qui s'était engagé à respecter cette condition l'oubliait au dernier moment…
En même temps, de vagues rumeurs faisaient état de la possibilité d'une autorisation prochaine. Si elles se confirmaient, ce délai de dix ans entre la réalisation et l'autorisation permettrait au moins d'apporter une donnée concrète dans une question jusqu'alors difficile à chiffrer: de combien les Pouvoirs publics retardent-ils sur la réalité?"6

En fait, le dossier de la CCFC est toujours conservés au CNC. François Fronty l'a consulté et en donne un descriptif détaillé, disponible gratuitement sur le web7.
Le 24 février 1953, le film est enregistré au Registre Public de la Cinématographie, sous le numéro 13-848. Il mesure alors 880 m et est coproduit par Présence Africaine et Tadié Cinéma Production. Tadié dépose aussi une demande de visa avec un "découpage dialogué du film dans sa forme intégrale et définitive".
Le 24 mars, le compte rendu de la CCFC renvoie le dossier à la commission plénière. Le représentant de l'Education nationale, un certain M. Bazin, fait remarquer que "les deux première bobines intéressantes du point de vue de l'art nègre et totalement indépendantes de la 3ème bobine, subversive, pourraient être autorisée."
Le 23 juin, Tadié revient à la charge, demandant de préciser quels passages seraient sujet à coupure et précisant que le film est sélectionné pour le prochain Festival de Cannes, et probablement pour ceux de Venise et d'Edimbourg.
Le 8 juillet, faute de présents, la décision est remise à plus tard, mais un premier vote a déjà eu lieu qui montre clairement le fossé qui sépare les représentants des ministères aux professionnels du cinéma. En effet, le vote porte sur la coupure de la 3eme bobine, "à partir de la séquence XV, à la fin, plan 227 à 362". Présidence, Défense Nationale, Intérieur, Affaires étrangères, France d'Outre-Mer, Justice, Education nationale, Santé publique et population, votent pour. Réalisateurs de longs métrages, producteurs, distributeurs, exportateurs, exploitants, producteurs et réalisateurs de courts métrages, ciné-clubs et critiques, votent contre. Les associations de familles s'abstiennent.
Le 31 juillet, le Président de la CCFC, M. Henry de Segogne, informe Tadié que la décision de visa est reportée en octobre et suggère de "mettre la période d'été à profit pour apporter les modifications désirables."
Le 24 mars 1954, la décision est défavorable "en raison de la tendance exprimée tant par certaines images que par leur commentaire qui sont de nature à susciter des réactions contraires à l'ordre public", ceci alors même que le film est sélectionné pour le Festival de Cannes.
Les demandes de révision de la décision de cette censure, non justifiée, se succèdent toujours sans succès, de même que les demandes pour des projections privées ou restreintes, elles aussi refusées, ceci jusqu'à ce qu'en 1958, le 17 décembre, la CCFC autorise une exploitation commerciale pour une bobine de 598 mètre seulement.
Le 5 novembre 1962, Jean Dours, directeur de cabinet du Ministre de l'information confirme une nouvelle fois la censure.
Ce n'est finalement que le 19 octobre 1964, qu'Alain Peyrefitte, ministre chargé de l'Information, lève la censure et accorde un visa d'exploitation au Statues meurent aussi.
A noter cependant que le 16 juin 1971, le CNC constatera un nouveau métrage du film de 856 m.

Parmi les (trop) rares films sur la décolonisation qui nous sont parvenus, on peut noter Afrique 50 (1950) de René Vautier (le grand "chouchou" de la censure française) et Terre tunisienne (1951) de Raymond Vogel et Jean-Jacques Sirkis, également censuré.

Le titre, nous apprends Resnais, est un hommage de Chris Marker au dramaturge allemand Bertolt Brecht. Il reprend en effet l'unique scénario de ce dernier pour Hollywood, qui fut tourné par Fritz Lang en 1943, sous le titre Les bourreaux meurent aussi.9

Il faut noter, par ailleurs, que pour Marker, l'aventure des Statues meurent aussi ne s'est pas limitée à l'écriture du commentaire, mais qu'elle a aussi été le fruit d'un autre texte. En effet, Marker à participer au même moment à l'ouvrage L'Afrique noire paru en 1952 aux éditions Odé, sous la direction de Doré Ogrizek, dans lequel il a écrit le texte sur l'art africain, intitulé tout simplement Art noir8. Cet ouvrage est tout aussi virulent et critique que le film de Resnais et Marker, mais il s'agit d'un texte imprimé, alors la censure n'a pas fait de vagues, car comme le décrit si bien Alain Resnais dans son interview donnée à Kämper et Tode: "Se si fosse trattato di un articolo in una rivista, nessuno se ne sarebbe dato pensiero. Ma si trattava di un film e il fatto ha sollevato un polverone di polemiche. L'accaduto dimostra quanto il cinema zoppicasse all'epoca dietro alla letteratura."9 Ce que Marker expériementera encore avec Cuba Si! ou L'Aveu de Costa Gavras.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Enfin, précisons que la Monnaie de Paris présenta, du 8 septembre au 2 octobre 2010, une exposition intitulée Ode au grand art africain: "Les statues meurent aussi", sur les traces du film de Resnais, Marker et Cloquet, dont on a donné le résumé suivant: "Pour la première fois, une partie des œuvres présentées dans ce film et conservées aujourd'hui dans les plus grands musées (Barbier-Mueller, Dapper, etc…) et collections privées seront rassemblées dans une exposition et exposées en marge de la diffusion du film en boucle dans les salles de la Monnaie de Paris. Elles seront accompagnées de tirages grand format de nombreux photogrammes du film, pour mettre en exergue le travail de composition et d'interprétation de Ghislain Cloquet, directeur de la photographie qui reçut, en 1981, l'oscar de la meilleure photographie pour son travail sur Tess."
Un catalogue de cette exposition a été édité sous la direction d'Elena Martinez. "Il dresse l'inventaire complet et systématique des 135 pièces filmées par Alain Resnais et Chris Marker en 1953 dans les plus grandes collections privées et muséales", accompagné de plusieurs textes sur la portée du film et son contexte.
Générique (début, dans l'ordre d'apparition)
"Ce film a pu être réalisé grâce à l'aimable concours de MM. les Trustees du British Museum, de la Direction du Musée du Congo Belge, de la Direction du Musée de l'Homme et de Mr. H.J. Braunholtz C.B.E., M.A., Mr. Henri Belly, Mr. Lucien Coutaud, Dr. Gaston Durville, Mr. Jacob Epstein, Mr. William B. Fagg, M.A., Mr. René Gaffé, Mr. Henri Goetz, Mme la Princesse Héléna Gourielli, Mr. Hans Hartung, R. P. Hennion, Mr. Charles Lapicque, Mr. Albert Maesen, conservateur du Musée du Congo Belge, Mr. Henri Milet, Mr. Frans M. Olbrechts, directeur du Musée du Congo Belge, Mr. Pierre Peissi, Mr. le Colonel Pitt Rivers, M. et Mme Webster Plass, Mr. René Rasmussen, Mlle Madeleine Rousseau, Mr. Edmond Séchan, les Editions du Soleil Noir, Mr. Tristant Tzara, Mme Suzanne Vérité.
Tadié-Cinéma-Production présente:
Les statues meurent aussi
réalisation: Alain Resnais, Chris Marker et Ghislain Cloquet
conseiller artistique: Charles Ratton
musique: Guy Bernard
Orchestre sous la direction de André Hodeir
Texte dit par Jean Négroni
enregistrement: Studios Marignan
ingénieur du son: René Louge
trucages: Tadié-Cinéma Technique
Laboratoires: L.T.C. Saint-Cloud
Un film de la revue Présence Africaine
Prix Jean Vigo du court métrage - 1954
Distribution: Présence Africaine

Commentaire / scénario: dans Commentaires, Paris: Le Seuil, 1961, p. 7-25, Commentaires 1, Paris : Le Seuil, 1961, p. 7-23, dans Cinéma 57, n° 16 (mars 1957), p. 13-19 et dans Ode au grand art africain: "Les statues meurent aussi" (cat. expo. Monnaie de Paris, 8 sept.-10 oct. 2010, sous la dir. d'Elena Martinez), Paris: Primedia, 2010, p. 27-32

Notes
1 "Flashes sur les jeunes réalisateurs français : Chris Marker", interview donnée à Simone Dubreuilh pour Les lettres françaises, n° 664 (28 mars), p. 6. A noter que Ghislain Cloquet, souvent oublié, figure au générique en tant que réalisateur avec les deux autres.
2 "Intervista con Alain Resnais" di Birgit Kämper e Thomas Tode, in Bernard EISENSCHITZ (dir.), Chris Marker, Festival de Pesaro, Rome: Dino Audino Editore, 1996, p. 45, traduction italienne par Francesco Bono de l'original en allemand paru dans Birgit Kämper / Thomas Tode (dir.), Chris Marker. Filmessayist, Munich: Institut Français / CICIM, 1997, p. 205
3 "Enquête sur le court-métrage: réalisateurs. Que pensez-vous de votre carrière et de votre oeuvre?", Image et son, n° 150-151 (1962), p. 53-54 (Alain Resnais)
4 "Rare Marker", interview donnée à Samuel Douhaire et Annick Rivoire pour Libération, n° 6783 (05 mars), p. I-IV ; traduction anglaise dans Film Comment, n° XXXIX/3 (mai-juin 2003), p. 38-41
5 Ghislain Cloquet, "Le point de vue de l'opérateur sur le film d'Alain Resnais Les Statues meurent aussi, L'écran français, n° 374 (18 septembre 1952), p. 1. En fait, L'écran français est alors imprimé dans les dernières pages des Lettres françaises, à savoir ici le n° 431.
6 Chris Marker, Commentaires, Paris: Le Seuil, 1961, p. 9. Il existe une seconde édition de 1961, intitulée Commentaires 1, dans laquelle Marker a retranché ses descriptions et les pièces justificatives.
7 Fronty propose nous offre un document fort utile, ayant été jusqu'à repérer les modifications du texte de Chris Marker, car il y en a eues, entre la première version déposée et la dernière version autorisée. Cependant, sur la partie historique et analytique, il commet de nombreuses erreurs et doit donc être consulté avec précaution.
8 L'Afrique noire, Paris: éd. Odé, 1952, 460 p., sous la dir. de Doré Ogrizek. L'article de Marker est aux pages 29 à 49.
9 Suzanne Liandrat-Guigues et Jean-Louis Leutrat, Alain Resnais, liaisons secrètes, accords vagabonds, Paris: Cahiers du cinéma, 2006, p. 45
10 Voir la note 2 ci-dessus.

Bibliographie
  • Ghislain CLOQUET, "Le point de vue de l'opérateur sur le film d'Alain Resnais, Les statues meurent aussi", L'écran français, n° 374 (18 septembre 1952), p. 10
  • Georges SADOUL, "Censure à Cannes", Les lettres françaises, n° 463 (30 avril 1953), p. 1
  • Georges SADOUL, "Pauvres Français, ah! que Dieu vous délivre...", Les lettres françaises, n° 509 (25 mars 1954), p. 1 et 10
  • Pierre MICHAUT, "Promenade parmi les films d'art de Venise à Cannes", Les cahiers du cinéma, n° 37 (juillet 1954), p. 20-27
  • André BAZIN, "Encore la censure: Les films meurent aussi", France observateur, n° 349 (17 janvier 1957), p. 19-20
  • * anonyme, "Censure", Positif, n° 21 (février 1957), p. 52-55
  • Alain RESNAIS, "A propos de la censure (propos recueillis par Simone Dubreuilh), Les Lettres françaises, n° 711 (27 février 1958), p. 9
  • * Alain RESNAIS, "[interview]", Clarté, n° 33 (février 1961), p. n/a
  • Marcel MARTIN, "Les statues meurent aussi", Les lettres françaises, n° 893 (21 septembre 1961), p. 6
  • Alain RESNAIS, "[Interview]", Premier plan, n° 18 (octobre 1961), p. n/a
  • * anonyme, "Les statues meurent aussi", Cinéma 61, n° 61 (novembre 1961), p. 124
  • * Jean DELMAS, "Le vrai visage de la censure", Jeune cinéma, n° 16 (juin 1966), p. 1-15
  • Luc SAND, "Les censures meurent aussi", Jeune cinéma, n° 34 (novembre 1968), p. 1-3
  • * André CORNAND, "Cinéma d'inquiétude", Image et son, n° 232 (novembre 1969), p. 114
  • André CORNAND, "Les statues meurent aussi", Image et son, n° 233 (décembre 1969), p. 193-201
  • René VAUTIER, Nicole LE GARREC, "Les statues meurent aussi et Les ciseaux d'Anstasie", Téléciné, n° 560 (janvier 1972), p. 32-36
  • * anonyme, "Les Statues meurent aussi", Kino, n° 5-6 (1973), p. 89
  • François NINEY, "Le regard retourné: des Statues meurent aussi au Tombeau d'Alexandre", Images documentaires, n° 15 (1993), p. 29-33 et 36-37
  • Stéphanie SALMON, "Les Statues meurent aussi", [entreVues]. Festival du film de Belfort, 23 nov. - 1er déc. 1996, p. 78
  • * "Les statues meurent aussi", L'avant-scène cinéma, n° 476 (novembre 1998), p. 1-6
  • * Maxime SCHEINFEIGEL, "Les statues et les maîtres", Cinémathèque, n° 14 (automne 1998), p. 99-106
  • * Jean-Pierre REHM, "Une occasion de penser Resnais", Les cahiers du cinéma, n° 589 (avril 2004), p. 61
  • * Stéphane KAHN, "Les statues meurent aussi", Bref, n° 65 (mars 2005), p. 28
  • * Francis GUERMANN, "Les statues meurent aussi", Zeuxis, n° 26 (octobre 2006), p. 23-24
  • Matthias De GROOF, "Statues also Die - But their Death is not the Final Word", Image & Narrative, n° 11(1) (2010), p. 29-46

Les Astronautes / Walerian Borowczyk

Cliquez pour agrandir l'image1959 - France - 14' - 16 mm- Couleur
Suivant le travail d'animation élaboré en Pologne, dont Dom (1957) co-réalisé avec Jan Lenica, Walerian Borowczyk propose ici un court métrage d'animation expérimental, mélange de papier découpés et de photos, à travers lequel il raconte l'histoire d'un inventeur bricoleur qui conçoit un vaisseau spatial dans une maison de banlieue tranquille. Aussitôt celui-ci achevé, l'inventeur décolle, accompagné de sa chouette Anabase, et part à l'aventure, faisant le tour de la Terre et lâchant des messages pour informer les autres terriens.
Bien que généralement inséré dans la filmographie de Chris Marker, Les Astronautes ne devrait pas s'y trouver. Des mots mêmes de Marker, ce film est à 100% de Walerian Borowczyk1. En réalité, la petite histoire veut que Borowczyk, vivant en France depuis qu'il quitta la Pologne en 1958, n'ait pas de carte de travail lorsqu'il réalise Les astronautes. Il demande alors à Chris Marker, autre "poulain" d'Argos Films, dont la renommée ne cesse de croître, de bien vouloir co-signer le film, espérant ainsi éviter d'éventuelles difficultés. Marker accepte.
Si on ignore exactement comment les deux hommes se sont rencontrés, on peut cependant signaler que l'actrice polonaise Ligia Branice, femme et hégérie de Borowczyk, apparaîtra dans La Jetée (1962) de Marker.
Aujourd'hui, la Bibliothèque du Film de la Cinémathèque française conserve le fonds "Walerian Borowczyk", soit 162 dossiers, dans 25 boîtes, s'étalant de 1953 à 1994. Quatre de ces boîtes comprennent des documents afférents aux Astronautes2. Par ailleurs, plusieurs films de Borowczyk sont visionnables sur Ubuweb.
Générique (début, dans l'ordre d'apparition)
Argos Films et Les Films Armorial
présentent
Les Astronautes
Visa de contrôle cinématographique n° 22.763
Avec Michel Boschet, Ligia Borowczyk, Anatole Dauman, Philippe Lifchitz, avec la chouette Anabase
musique et sons: Andrzej Markowski
montage: Jasmine Chasney
effets sonores: Studios D.M.S. - Tadié-Cinéma
mixages: Studios Marignan - René Renault
trucages: Equipe Arcady
opérateur: Daniel Harispe
laboratoire G.T.C.
couleur par Eastmancolor
régisseur d'extérieurs: Jean Tappou
Les Astronautes
Réalisation: Walerian Borowczyk
Collaboration: Chris Marker
Prix du film de recherche au Festival de Venise - 1960
Prix de la Fédération internationale de la presse à Oberhausen - 1960
Médaille d'or au Festival de Bergame - 1960

Distribution: Tamasa

Commentaire / scénario: non édité (film muet)

Notes
1 Birgit Kämper et Thomas Tode (dir.), Chris Marker. Filmessayist, Munich: CICIM edi., 1997, p. 376. Ils ne précisent cependant pas leurs sources.
2 Cotées: BOROWCZYK104-B18 (projet d'exposition au MoMA) ; BOROWCZYK113-B19 (rétrospective au cinéma Le Ranelagh) ; BOROWCZYK112-B18 (articles de presse) ;  BOROWCZYK130-B19 (Grand prix de Bergame)

Bibliographie
  • M. MARTIN, "Les astronautes", Les lettres françaises, n° n/a (15 novembre 1961), p. n/a
  • * Marcel MARTIN, Pierre PHILIPPE, "La nouvelle vague du court métrage", Cinéma 63, n° 74 (mars 1963), p. 63-65
  • * François CHEVASSU, "Le court métrage français: Les astronautes", Image et son: saison cinématographique, n° n/a (décembre 1961), p. 364

Le Joli mai / Pierre Lhomme

Cliquez pour agrandir l'image1962 - France - 165' - 16 mm gonflé en 35 mm et 35 mm - N&B
"La scène se passe au mois de mai 1962 désigné par certains, à l'époque, comme le premier printemps de la paix", tels sont les premiers mots du Joli mai, film en deux parties composées d'interviews de Parisiens de toutes classes sociales confondues, sur leurs préoccupations du moment. Guy Gauthier, dans le numéro spécial d'Image et son  accordé à Chris Marker précise que: "L'ambition - louable - des auteurs, la complexité et l'immensité du terrain à explorer, le refus de tout choix préalable, devaient conduire à bien des modifications en cours de tournage. Certaines questions de l'interrogatoire de base n'ont trouvé qu'un faible écho (en dépit de leur importance), des personnages plus riches ont proposé à leur insu d'autres thèmes, d'autres directions de recherche. Ainsi s'accumulait une matière extrêmement dense qui constitue sans doute une documentation exceptionnelle sur notre époque, mais qui représente 55 heures de projection. Il fallait donc choisir dans cette multitude de visages. Un premier montage donnait 20 heures de projection, un second 7 heures. Peu à peu, mais avec quels regrets, les auteurs élaguaient, triaient, avec le double souci de conserver l'essentiel, et de servir la vérité, d'être honnête par conséquent. Finalement, la version définitive comptera 3 heures et 2 parties, mais elle n'en constituera pas moins un seul film. / Tourné en noir et blanc, tantôt en 16 mm avec prise de son synchrone, tantôt en 35 mm, le film laisse la plupart du temps la parole aux personnages. Le commentaire de Chris Marker qui n'apparaît qu'au début et à la fin, est beaucoup moins présent que dans ses autres films. La chanson Joli mai relie les deux parties du film. / La première partie, "La prière de la tour Eiffel"1, étudie surtout les réactions individuelles. Elle est construite autour de quelques personnages-clés: un tailleur de la rue Mouffetard aux formules en forme de maximes (40 millions d'égoïstes ça fait une politique), deux architectes qui construisent en rêve un Paris futuriste, une femme d'Aubervilliers, habitant jusqu'alors une seule pièce avec ses huit gentils enfants, et que l'équipe du film accompagne dans son nouveau logement, deux grouillots dans le monde de la Bourse, Pierrot le Taxi, réparateur de pneus et peintre amateur, deux inventeurs genre concours Lépine, deux amoureux rencontrés par hasard sous le Pont de Neuilly, etc. / Une seule règle: pas de monstres, pas d'êtres d'exception, mais des gens comme ceux que nous rencontrons chaque jour dans la rue, dans le métro, au café. / Chaque séance aura sa date et son sous-titre. / La deuxième partie, "Le retour de Fantomas"2, laisse la parole à certains individus, non pas typiques, mais susceptibles de nous aider à accéder au niveau d'une compréhension d'ensemble de Paris 1962. Trois jeunes femmes très futiles, un ancien prêtre ouvrier, un Noir étudiant en sociologie et, pour vivre, magasinier à la Nationale, un professeur ancien officier en Algérie, un champion du monde de twist, quelques membres de l'assistance d'un procès célèbre, un jeune Algérien qui raconte ses expériences, quelques élèves de la préparation militaire de Janson-de-Sailly, un général à une cérémonie commémorative témoignent chacun à leur manière des angoisses et des espoirs de Paris, en ce joli mai 1962."3
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Dans une interview pour le 50e anniversaire de la Semaine de la Critique à Cannes, en 2011, Pierre Lhomme explique que la décision de réaliser le film a été prise par Chris Marker et la productrice Catherine Winter. Il précise également les raisons à l'origine du film: "c'était vraiment ce besoin d'essayer - c'était une tentative -, d'essayer de savoir ce qu'il se passait dans la tête des gens en mai 1962. Et cela peut paraître bizarre, mais ce n'était pas évident du tout. Et moi je me souviens que quand on a commencé à tourner et à écouter vraiment ce que les gens nous disaient, on était quand même très très étonnés, très étonnés. Moi, j'avais l'impression de n'avoir jamais écouté mes concitoyens, et je sais que cela a été un grand choc pour moi et pour Chris : la découverte de ce que les gens avaient à dire. C'est-à-dire qu'une grande partie des rencontres étaient fortuites, enfin étaient improvisées, alors que d'autres avaient été prévues de longue date par Chris qui avait établi une relation avec pas beaucoup, 5 ou 6 personnes. Et de cette relation, il pouvait tirer des interviews, il pouvait créer un dialogue plus exactement. Mais pour le reste, c'était des choses comme ça, qui étaient saisies sur le moment."4
Cliquez pour agrandir l'imageCet étonnement est perceptible à la vision du film, car les personnes à qui est donnée la parole ne sont, pour l'essentiel, pas ou peu préparées à répondre aux questions de Marker et de ses acolytes, à exprimer clairement leurs idées, leurs pensées. Et c'est justement l'une des principales critiques qui sera faite aux réalisateurs. L'une des plus virulentes vient de Michel Delahaye, des Cahiers du cinéma, qui, comparant Le joli mai à Chronique d'un été de Jean Rouch, sorti en 1961, fait une remarque des plus pertinentes: "Il se trouve, écrit-il, que c'est un peu un problème d'ethnologie qui se posait à Marker. Etudier les primitifs, le peuple, c'est établir le contact avec des gens différents. Le contact sera fécond, brutal ou destructeur, suivant que l'on accepte, nie ou condamne les différences. / Un contact brutal entre visiteur et visité ne laissera ni l'un ni l'autre intact. Il y aura traumatisme des deux côtés. Il y aura - vu la supériorité réelle ou de circonstance du visiteur - écrasement du visité, c'est-à-dire du primitif. Il y aura colonisation."5 Pour bien comprendre cela, il faut considérer l'un des éléments les plus critiquables du film, à savoir la capacité des interviewés à s'exprimer à chaud. Jean-André Fieschi, collègue de Michel Delahaye, n'est pas plus tendre avec Marker. "Contrairement à la majorité des critiques, écrit-il, ce film ne me semble fondé ni sur la fraternité, ni sur la sympathie, l'épreuve du langage en témoigne: il n'y a pas, chez le Rouch de Chronique d'un été (1960) par exemple, des distinctions aussi évidentes, sous l'angle de la communication, entre intellectuels et non-intellectuels.6
Cliquez pour agrandir l'imageLe fait que Marker et Lhomme aient entrepris un travail d'ethnologue (ou du moins qui s'y apparente) sans en avoir les aptitudes ni les connaissances nécessaires7 (car ce n'était pas le propos originel), est cause des critiques sur le clivage entre les intellectuels qui savent s'exprimer, exposer leurs idées, et les autres, ceux du peuple, qui ont été interviewés d'une certaine manière à leur insu et avec un résultat final qui ne les montre pas toujours sous l'angle le plus favorable, laissant l'impression (sans aucun doute erronée au vue de l'oeuvre de Marker) d'une trahison susceptible d'entraîner la moquerie des gens du peuple8.
Et pour étayer son propos, Delahaye avait pris soin de commencer sa longue diatribe par un extrait d'un article favorable au Joli mai de Robert Benayoun, paru dans France Observateur. "Marker est un féroce dénicheur de bêtise et de lacheté, une version insinuante de la conscience, un débusqueur de petits mensonges béats... Car son tableau de chasse est affolant: ... les jeunes boursiers hilares et installés, le numéro rougissant du militaire et de sa fiancée qui proclament leur indifférence totale à ce qui se passe sous leurs yeux [tout comme Koumiko, au passage (n.d.l.r)]... A chacun de ces imbéciles, les uns odieux, les autres presque touchants dans leur inexistence signifiante, Marker pose la colle qui convient, refile la réplique foudroyante que son timbre neutre camoufle de justesse..."9 Et effectivement, à la vision du Joli mai, on est surpris de la sincérité des réponses, empruntes souvent d'une forme de naïveté déconcertante, amplifiée par le montage et le commentaire.
Quoiqu'il en soit, il faut noter non seulement que Le joli mai est un tournant  majeur dans l'oeuvre filmographique de Chris Marker (et aussi du cinéma documentaire) de par son sujet et son approche (ce que l'on a appelé le "cinéma-vérité"10), mais qu'en plus les deux réalisateurs sont conscients de ces aspects du film, sans pour autant les rejeter.
Dès le départ, dans les documents préparatoires, ils ont expliqué leurs démarches et attentes: "Paris est un objet de conte aussi éculé et fabuleux que le soulier de Cendrillon. N'importe qui peut se targuer de l'avoir tenu, et personne de l'avoir chaussé. / Il vaut mieux attendre Paris patiemment, et l'observer, sans vouloir le surprendre. / Ce que nous aurons cherché à faire apparaître, ce sont, à côté de ceux que ballotent à leur gré le hasard et la solitude, des hommes et des femmes autant que possible intégrés à leur milieu social, et conscients de ce qu'ils voudraient faire de leur vie. / Ce film, Le joli mai, voudrait s'offrir comme un vivier aux pêcheurs de passé de l'avenir. A eux de trier ce qui marquera véritablement et ce qui n'aura été que l'écume."11
Les réponses des Parisiens ont étonné Lhomme et Marker, mais tout autant les Parisiens, les Français, les critiques de cinéma et tant d'autres contemporains. Aujourd'hui, Le joli mai apparaît comme un étonnant et touchant témoignage d'une époque révolue, dont certaines attentes sont certes devenues obsolètes ou ont simplement disparu de la vie des hommes du XXIe siècle, mais dont d'autres sont toujours d'actualité. La fraîcheur, la spontanéité, la candeur aussi de ces Parisiens d'un autre temps, est surprenante. Et le film de Marker et Lhomme, répondant entièrement à leur démarche première, est loin d'être un échec.

Cliquez pour agrandir l'image    

A noter que 2 courts métrages ont été réalisés à partir des kilomètres de rushes tournés pour Le joli mai:
  • Jouer à Paris (1962) de Catherine Varlin, la "libretiste" du Joli mai, et dont Chris Marker fera le montage.
  • D'un lointain regard (1966) de Jean Ravel, le monteur de La jetée.


Dossier de presse - Le Joli mai (2013)

Générique (début, dans l'ordre d'apparition)
"To the happy many"
Sofracima présente "Le joli mai"
Un film de Chris Marker et de Pierre Lhomme, assistés de Yves Montand (récitant), Gisèle Rebillion (exécutive productrice), Catherine Varlin (librettiste), Michel Legrand (musicien), Henry Belly, Henri Crespi, Nathalie Michel (enquêteurs), Antoine Bonfanti, René Levert (hommes du son), Etienne Becker, Denys Clerval, Pierre Villemain (hommes de l'image), Pierre Grunstein, André Heinrich, Jacques Tribault, Jacques Branchu (hommes de main), Eva Zora, Annie Meunier, Madeleine Lecompere (femmes à ciseaux), Eclair (laboratoire), SIMO (auditorium), Coutant (caméra)
Visa n° 26489
Prix de la critique internationale, Cannes 1963
Dauphin d'or, Leipzig 1963
Prix de la meilleure 1ère oeuvre, Venise 1963 (initialement nominé pour le Lion d'or)

Distribution: La Sofra (anciennement Sofracima)

Commentaire / scénario: non édité
Quelques interviews, souvent fragmentaires et retouchées, sont publiées dans Artsept, n° 2 (1963), p. 88-92, L'Express, n° 617, 11 avril 1963, p. 20-21, Miroir du Cinéma, n° 4 (1963), p. 13-15 et Parler..., n° 17 (1964), p. 8-28. Les commentaires d'introduction et de conclusion sont édités dans Cinéma 63, n° 77 (juin 1963), p. 17-20, ainsi qu'une liste des séquences du film (p. 121). Une traduction en allemand est parue Freunde der Deutschen Kinemathek (Hrsg.), Kinemathek, Hefte 18 (juni 1965), p. 15-17 (extraits; traduit à partir de Artsept, n° 2 (avril-juin 1963).
Transcription CH2/2012

Notes
1 La Prière sur la Tour Eiffel n'est autre que le titre d'un texte de Jean Giraudoux publié sous forme de plaquette, à Paris, chez Émile Paul frères, en mai 1923. L'année suivante, ces derniers publieront Juliette au pays des hommes également de Giraudoux, qui aura intégré la Prière... au chapitre VI (p. 169-192). Le texte d'introduction du Joli mai, sur Paris et les Parisiens, dit par Chris Marker, en voix off, au tout début du film, est tiré de ce texte, dont il a cependant coupé quelques phrases.
2 Il s'agit du tome 6 des aventures de Fantômas (comme le précise la voix off), intitulé Le policier apache de Pierre Souvestre et Marcel Alain, paru en 1911, et qui sera adapté au cinéma par Louis Feuillade, en 1914, sous le titre Fantômas contre Fantômas, puis en 1949, par Robert Vernay. Le passage "allonger sur Paris son ombre immense" fait, lui, directement référence à la "Complainte de Fantômas" de Robert Desnos, paru dans le recueil Fortunes chez Gallimard, en 1953.
3 Image et son, n° 161-162(1963), p. 49
4 Pierre Lhomme poursuit en précisant que : "Aujourd'hui, Chris voudrait modifier Le joli mai, refaire, c'est un grand mot, parce que cela voudrait dire qu'il faudrait remonter tout le film. Je ne crois pas que c'est cela qu'il souhaite. Il a le sentiment que le film tel qu'il existe aujourd'hui risque d'être en partie incompris par les nouvelles générations. Le service du patrimoine, le CNC, vient de restaurer le film. La restauration a consisté à reconstituer le négatif d'origine et à tirer une copie 35 mm qui représentait en fait le premier montage qui avait été fait. Quand on a présenté le film à la Cinémathèque, Chris a demandé une coupe dans la deuxième partie et manifestement, cela correspond à son soucis: c'est que l'importance qu'avait pour nous à l'époque la résolution du colonialisme et la fin de la guerre d'Algérie paraît complètement dépassé par rapport aux soucis actuels de la jeunesse, et c'est cela qui l'embête beaucoup."
5 Cahiers du cinéma, n° 146(1963), p. 7
6 Cahiers du cinéma, n° 145(1963), p. 24
7 Et c'est la une grande différence avec Jean Rouch, qui est ethnologue, d'où la violence des critiques dans leurs comparaisons entre les deux films.
8 Que l'on prenne le premier interviewé, son pognon, sa femme et son patron.
9 Cahiers du cinéma, n° 146(1963), p. 5
10 Marker se refuse d'utiliser l'expression "cinéma-vérité" qu'il trouve impropre. Voir la dernière interview accordée aux Inrocks.
11 Image et son, n° 274(1973), p. 87. Nous soulignons.

Bibliographie
Critiques de 1962 sur Le Joli mai
  • * Jean-Louis PAYS, "Le Joli mai", Miroir du cinéma, n° 4 (janvier-mars 1963), p. 13
  • * JEANDER, "Le Joli mai", Libération, n° n/a (04 mars 1963), p. n/a
  • * Henry CHAPIER, "Le Cinéma-vérité dans l'impasse", Combat, n° n/a (06 mars 1963), p. n/a
  • Guy GAUTHIER, "Le Joli mai", Image et son, n° 161-162 (avril 1963), p. 48-49 et 62-63
  • anonyme, "Le Ministre de l'information va trancher sur Joli mai", France soir, n° n/a (29 avril 1963), p. n/a
  • * Roger TAILLEUR, "Parisiennes", Artsept, n° 2 (avril-juin 1963), p. n/a
  • * Louis MARCORELLES, "La Foire aux vérités", Les Cahiers du cinéma, n° 143 (mai 1963), p. 26-34
  • Robert BOUSSINOT, "Le Joli mai: Paris en bouteille, Chris Marker 62", Arts, n° 914 (1er mai 1963), p. 6
  • n/a, "Le Joli mai", Libération, n° n/a (04 mai 1963), p. n/a
  • Henry CHAPIER, "Le Joli mai de Chris Marker. Le "cinéma vérité" dans l'impasse", Combat, n° n/a (06 mai 1963), p. n/a
  • Jean-Louis BORY, "Le Joli mai, un reportage inspiré", Arts, n° 915 (08 mai 1963), p. 22
  • Robert CHAZAL, "Le Joli mai (Sur le vif)", France soir, n° n/a (08 mai 1963), p. n/a
  • Samuel LACHIZE, "Quand le cinéma direct sert la vérité (Joli mai de Chris Marker)", L'Humanité, n° n/a (08 mai 1963), p. n/a
  • Jean de BARONCELLI, "Le Joli mai", Le Monde, n° n/a (08 mai 1963), p. n/a
  • Michel DURAN, "Le Joli mai", Le Canard enchaîné, n° n/a (09 mai 1963), p. n/a
  • Françoise GIROUD, "Mai 1789. Françoise Giroud: Vous ne savez pas la vérité", L'Express, n° n/a (09 mai 1963), p. n/a
  • Robert BENAYOUN, "Est-ce l'année Chris Marker?", France observateur, n° 679 (09 mai 1963), p. 2
  • Georges SADOUL, "Un miroir qui réfléchit: "Le Joli mai de Chris Marker", Les Lettres françaises, n° 977 (09 mai 1963), p. n/a; réédité dans G. SADOUL, Ecrits 1: Chroniques du cinéma français 1939-1967, Paris: 10/18, 1979, p. 296-302
  • Michel AUBRIANT, "Le Joli mai de Chris Marker. Trois imbéciles représentent-ils une foule?", Paris-presse, n° n/a (09 mai 1963), p. n/a
  • Louis MARCORELLES, "Cannes 63", Arts, n° 916 (15 mai 1963), p. n/a
  • Table ronde "Autour du Joli mai: cinéma-vérité ou cinéma engagé?", Combat, n° n/a (16 mai 1963), p. n/a
  • Jean d'YVOIRE, "Le Joli mai. Pas très gai, mais bien joli", Télérama, n° 696 (19 mai 14963), p. n/a
  • Jean ROCHEREAU, "Le Joli mai", La Croix, n° n/a (29 mai 1963), p. n/a
  • * Hans HARTUNG, "Der hübsche Mai", Die Andere Zeitung  (Hamburg), n° n/a (30 mai 1963), p. n/a
  • * Ugo CASIRAGHI, "Cannes, spettacolo e cinema-verita", Cinema nuovo, n° 163 (mai-juin 1963), p. n/a
  • anonyme, "Le Joli mai", Cinéma 63, n° 77 (juin 1963), p. 17-20
  • Marcel MARTIN, Michel FALCON, Paul-Louis THIRARD, "Le Joli mai", Cinéma 63, n° 77 (juin 1963), p. 120-125
  • * anonyme, "Dolce maggio", Il Nuovo spettatore cinematografico, n° 3 (juin 1963), p. n/a
  • * R. CHAZAL, "Le Joli mai sur le vif", France soir, n° n/a (08 juin 1963), p. n/a
  • * anonyme, "Le Joli mai", Film français, n° 995 (14 juin 1963), p. n/a
  • * Gilbert SALACHAS, "Le Joli mai", Téléciné, n° 151 (juin-juillet 1963), p. n/a
  • * Jean-André FIESCHI, "Cannes: semaine de la critique", Les Cahiers du cinéma, n° 145 (juillet 1963), p. 24
  • * Paul-Louis THIRARD, "Le Joli mai", Positif, n° 54-55 (juillet 1963), p. 110-114
  • * Michel DELAHAYE, "La Chasse à l'I", Les Cahiers du cinéma, n° 146 (août 1963), p. 5-17
  • * Georges SADOUL, "A chacun sa vérité", Les Lettres françaises, n° 996 (26 septembre 1963), p. n/a
  • * Lorenzo PELLIZARI, "Il Dolce maggio e La Domenica di settembre", Cinema nuovo, n° 165 (septembre-octobre 1963), p. n/a
  • * Jean-Louis COMOLLI, "Venise 1963", Cahiers du cinéma, n° 148 (octobre 1963), p. 21
  • * Albert CERVONI, "Le Joli mai", Contre-champ, n° 6-7 (octobre 1963), p. 110-112
  • Samuel LACHIZE, "Le Joli mai de Chris Marker veut gagner la bataille du public au "Studio 43" et au "Panthéon"", L'Humanité, n° n/a (16 novembre 1963), p. n/a
  • * Guy GAUTHIER, "Le Joli mai", Image et son: saison cinématographique, n° n/a (décembre 1963), p. 161-165
  • * Henri MAGNAN, "Joli mai", Acteur, n° 7 (1963), p. n/a
  • * Philippe PILARD, "Pierre Lhomme et les prises de vue à la main", Cinéma pratique, n° 54 (1963), p. n/a
  • * Wolfgang KERNIKE, "Dokumentarfilm in Bewegung: Zur VI. Internationalen Dokumentar-und Kurzfilmwoche", Der Filmspiegel, n° 23 (1963), p. n/a
  • * Michael KUSTOW, "Le Joli mai", Sight and Sound, n° 33/2 (printemps 1964), p. 93-94; réédité dans Lewis JACOB (Hg.), The Documentary Tradition. From Nanook to Woodstock, New York: Hopkinson and Blake, 1971, p. 395-397
  • * G. GOW, "Le Joli mai", Films and Filming, n° 10/8 (mai 1964), p. n/a
  • * Pierre LHOMME, "[interview]", Image et son, n° 173 (mai 1964), p. 38-43
  • * Peter GRAHAM, "Cinéma-vérité in France", Film Quarterly, n° n/a (été 1964), p. n/a
  • * Ulrich GREGOR, "Jean Rouchs Experiment mit der Wirklichkeit", Filmkritik, n° 3 (1964), p. 123-124
  • * Jürgen BÖTTCHER, "Bemerkungen zu meinem Film Stars", Filmwissenschaftliche Mitteilungen, n° 1 (1964), p. 1-12; réédité dans Herman HERLINGHAUS (Hg.), Dokumentaristen der Welt in den Kämpfen unserer Zeit, Berlin: Henschelverlag Kunst und Gesellschaft, 1982, p. 415 sq
  • * Wolfgang GERSCH, "Der schöne Mai. Gespräch mit Chris Marker", Filmwissenschaftliche Mitteilungen, n° 1 (1964), p. 194-198; réédité dans Herman HERLINGHAUS (Hg.), Dokumentaristen der Welt in den Kämpfen unserer Zeit, Berlin: Henschelverlag Kunst und Gesellschaft, 1982, p. 323-327
  • * Herbert LINDER, "Le Joli mai", Filmkritik, n° 7 (1965), p. 399-401
  • Chris MARKER, "L'Objectivité passionnée", Jeune cinéma, n° 15 (mai 1966), p. 12-13
  • * J. THOMAS, "Le Joli mai", Film Society Review, n° n/a (janvier 1967), p. n/a
  • * Gavin MILLAR, [analyse de 2 séquences du Joli mai], dans Karel REISZ, Gavin MILLAR, The Technique of Film Editing, Londres: Focal Press, 1968, p. n/a; en allemand K. REISZ, G. MILLAR, Geschichte und Technik der Filmmontage, Munich: Filmland presse, 1988, p. 203-211
  • * Guy GAUTHIER, "Le Joli mai", Image et son, n° 274 (août 1973), p. 85-98
  • * Sabine SEIFERT, "Paris, Mai '62, es herrscht wieder Befriedung im Land", Die Tageszeitung, n° n/a (18 juin 1987), p. n/a
  • Geneviève van CAUWENBERGE, "Le Point de vue documentaire dans le Joli mai", in Philippe DUBOIS (dir.), Théorème 6. Recherches sur Chris Marker, Paris: Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 83-99
  • M. N., "Cicatrices silence", fremissements.wordpress.com, 17 novembre 2012
  • anonyme, "Joli mai", Festival international du film restauré (27 nov. - 2 déc. 2012, catalogue), p. 29
  • VINGTRAS, "Sale temps!", mediapart.fr, 20 mai 2013
  • anonyme, "Le Joli mai", tsfjazz.com, 21 mai 2013
  • Sabine FERRY, "Le Joli mai", cgt.fr, 24 mai 2013
  • anonyme, "Le Joli mai – Chris Marker et Pierre Lhomme", memoires-algeriennes.com, 27 mai 2013
  • Matthieu AMAT, "La mémoire par anticipation Le Joli mai réalisé par Chris Marker et Pierre Lhomme", critikat.com, 28 mai 2013
  • Olivier de BRUYN, "Docus: autoportrait de Marcel Ophüls, Paris selon Chris Marker", rue89.com, 28 mai 2013
  • Louise Michel D., "Le Joli mai de Chris Marker, un hommage à la Ville lumière", jolpress.com, 28 mai 2012
  • Arnaud LAPORTE, émission "La Dispute: Le passé et le Joli mai", franceculture.fr, 28 mai 2013
  • Marie SOYEUX, "« Le Joli Mai », un passé en offrande", lacroix.com, 28 mai 2013
  • anonyme, "Le Joli mai, franceinter.fr, 29 mai 2013
  • anonyme, "L'Institut Lumière exhume une pépite documentaire des années 60", lyonmag.com, 29 mai 2013
  • F. DUHAMEL, "Le Joli mai: la guerre d'Algérie en arrière-plan", lecourrierdelatlas.com, 29 mai 2013
  • François FORESTIER, "Pierre Lhomme : «J'ai revu 50 fois "Le Joli Mai" pour le restaurer»", cinema.nouvelobs.com, 29 mai 2012
  • Jean-Michel FRODON, "Pensées de Paris: Le Joli mai de Chris Marker et Pierre Lhomme", slate.fr, 29 mai 2013
  • M. MARKOV, "Le Joli mai, portrait de Paris en 1962", youmag.com, 29 mai 2013
  • Philippe PERSON, "Le Joli mai", froggydelight.com, 29 mai 2013
  • Patrick BRAGANTI, "Le Joli mai – Chris Marker", benzinemag.net, 30 mai 2013
  • anonyme, "Paris fête Le Joli mai de Chris Marker", paris.fr, 30 mai 2013
  • Thomas BAUDER, "Le fond de l'air est frais. Le Joli mai de Chris Marker & Pierre Lhomme", regards.fr, 30 mai 2013
  • Romain DUVIC, "Le Joli mai de Chris Marker et Pierre Lhomme: Paris vu des pavés", toutlecine.com, 31 mai 2013
  • Thierry GANDILLOT, "Le Joli mai", lesechos.fr, 31 mai 2013
  • Thomas SOTINEL, "Paris, en 1962, est gris et radieux", lemonde.fr, 31 mai 2013
  • Jérôme WURTZ, "Le Joli mai: le peuple de Paris capté par Chris Marker et Pierre Lhomme", cinematraque.com, 31 mai 2013
  • Colomba POINSIGNON, "Le Joli mai: redécouvrir Paris", lejournalinternational.fr, 02 juin 2013
  • Yael, "Le Joli mai de Chris Marker et Pierre Lhomme, une coupe vivante dans le Paris de 1962", toutelaculture.com, 02 juin 2013
  • Gérard LEFORT, "Le Joli mai a la mue gaie", next.liberation.fr, 04 juin 2013

A bientôt j'espère... / Mario Marret

Cliquez pour agrandir l'image1967 - France / Belgique - 45' - 16 mm - N&B
A bientôt j'espère marque un tournant dans l'oeuvre de Chris Marker. Alors qu'en cette même année 1967, avec la création de SLON, en Belgique, il met en place un "cinéma collectif" à travers le tournage de Loin du Vietnam, il s'intéresse en même temps à la société française et plus particulièrement au milieu ouvrier, au sein duquel il va créer un nouveau cinéma: le "cinéma militant".
C'est grâce à l'ISKRA (nouveau nom de SLON depuis 1974) et aux Editions Montparnasse que l'on connaît un peu mieux la génèse de ce premier film militant, co-réaliser avec Mario Marret: A bientôt j'espère. Le livret qui accompagne le coffret dvd Les Groupes Medvedkine offre de nombreux documents, dont un texte de Chris Marker, daté du 22 juillet 2005, intitulé "Pour Mario", en hommage à son ami disparu. Marker décrit non seulement l'amitié particulièrement qui le liait à Marret, mais aussi comment ils en sont venus à tourner ce film.
"Ce qui suit pourrait s'intituler "comment un bol de café peut changer la destinée de beaucoup de gens."
J'étais en rapport épistolaire depuis un certain temps avec le CCPPO, centre de culture populaire d'un quartier de Besançon, qu'un formidable couple d'enseignants, René et Micheline Berchoud, portait à bout de bras (Micheline écrirait plus tard un récit1 exceptionnellement juste et vivant de toute l'expérience à venir). Un matin de mars 1967, je reçus une lette d'eux: les ouvriers de Rhodiaceta, l'usine dépendant de Rhône-Poulenc qui était le pôle industriel et social du quartier, venaient de se mettre en grève, avec occupation (une première depuis 1936). Le CCPPO s'occupait évidemment de l'animation culturelle. Est-ce que je pourrais envoyer des films 16 mm, et pourquoi pas les apporter moi-même et voir ce qui se passait? Bon, la situation était la suivante - au plan macrocosme, j'étais en plein montage de Loin du Vietnam, film collectif, entreprise compliquée et responsabilité assez écrasante - au plan du microcosme, je n'avais pas encore pris mon café. Au carrefour de ces deux plans, ma première réaction fut "dommage que je sois embarqué dans ce montage, tout ça m'a l'air bien intéressant" et je ne pensai plus qu'au moyen de leur faire parvenir quelques films glanés chez des producteurs amis. Sur quoi je bus le fameux café, et mes pensées changèrent du tout au tout: Besançon, ce n'était pas le Gobi, quelques heures de voiture au plus, Antoine Bonfanti, mon fidèle ingénieur du son et ami avait une DS assez spacieuse pour contenir un certain nombre de copies de films, la tournée des producteurs pouvait tenir dans la matinée, pour quoi ne pas tenter le coup? Nous tentâmes, et ce fut le premier pas vers A bientôt j'espère, les groupes Medvedkine, tout ce qui accompagnerait, orienterait, singulariserait l'aventure SLON, plus tard ISKRA.
Mais il y eut d'abord le compte-rendu publié dans le Nouvel Observateur du 22 mars 672. Je me contentais d'y rapporter l'essentiel des propos enregistrés, accompagné des photos de Michèle Bouder, qui avait été du voyage, et précédé d'une courte introduction. [...]
Mario lut et relut ces témoignages. De toute évidence quelque chose était en train de bouillonner là-dedans, qui se rattachait à ses racines les plus profondes. Je n'eus même pas à lui proposer d'être du voyage suivant, cela allait de soi, et à partir de là, il fut de tous les voyages, de tous les tournages. Il marqua de sa personnalité hors du commun les rapports singuliers qui s'établissaient entre cinéastes, militants ouvriers et prolos de base. Il y mit son énergie, son expérience et, ingrédient non négligeable, sa formidable drôlerie. C'est à lui qu'on doit, à travers A bientôt j'espère, cette ambiance de parfaite égalité entre filmeurs et filmés que je n'aurais sûrement pas été capable d'établir à moi seul, et qui nous valut l'honneur d'un commentaire personnel du général de Gaulle (lequel apparemment passait son temps à regarder la télévision) "Qu'est-ce que c'est que c'est journalistes qui tutoient les ouvriers?"3"
Et effectivement, c'est là un des points inattendu de la "vie" du film, qui bien que parlant d'une grève, avec occupation de lieux, bien loin de ce que pouvait tolérer le pouvoir en place, fut, grâce à un heureux concours de circonstance ou au courage de quelques uns, diffusé par la télévision, sur la deuxième chaîne de l'ORTF, le 5 mars 1968, dans l'émission Caméra 3.
Le critique de cinéma, Guy Gauthier, fidèle admirateur du travail de Chris depuis les débuts, décrit succinctement mais avec clarté la situation d'alors.
"Cette publicité, pour un film militant qui avait toutes chances de rester confidentiel, semble due à une erreur de programmation. Diffusé le 5 mars 1968 dans la série Caméra 3, encadré par deux présentateurs qui ne savent pas trop que faire de ce brûlot, la projection fut suivie d'un débat visiblement destiné à en tempérer la portée. Assuré par deux experts (dont le jeune Jacques Delors), il rend un son inhabituel pour la très conformiste et très surveillée télévision française. Deux mois après éclataient les évènements que l'on sait. Le film n'y était pour rien, mais il annonçait sans le savoir l'orientation nouvelle des revendications ouvrières, telle qu'elle allait se manifester dans la parole de neuf millions de grévistes. [...]
Aujourd'hui, le film doit être replacé dans son contexte. La mode était au spontanéisme, à la méfiance vis-à-vis des organisations enfermées dans leur tradition et leur discours stéréotypé. Mai 68 justement se caractérisera, un an après la réalisation du film, par une prise de parole bouillonnante, en réaction contre les poncifs et les propos doctrinaires, mais de plus en plus éloignée des problèmes du quotidien et de l'organisation du travail, au risque même - deux ou trois ans plus tard c'était chose faite - de substituer à un discours stéréotypé un autre discours stéréotypé. Ce que Marker a saisi avec une rare intelligence, c'est ce moment privilégié où la rénovation est en cours, où des mots nouveaux apparaissent, où les mentalités évoluent, où l'aspiration au changement, par difficulté de se théoriser, s'en prend violemment à l'ordre ancien."4
Et effectivement, A bientôt j'espère consiste en une suite d'entretiens avec des ouvriers. Pierre Lhomme, alors à la caméra, se souvient du tournage: "A bientôt j'espère était constitué d'entretiens avec des ouvriers de la Rhodiaceta et de plans d'ambiance autour de l'usine (on n'avait pas eu le droit de rentrer à l'intérieur). Nous habitions chez les animateurs du centre culturel. C'était formidable parce que pour la première fois on rencontrait des syndicalistes dont le souci principal n'était pas le salaire. C'est ce qui nous a le plus frappé: toutes les discussions tournaient autour des conditions de vie et d'argent, de la relation humaine, il était peu question de salaire. Ça préfigurait les grandes grèves de Nantes et Mai 68. Le travail avec Chris était très proche de l'esprit du Joli mai et nous retrouvions nos bonnes habitudes, comme pour La solitude du chanteur de fond d'ailleurs, qu'on a tourné sept ans plus tard."4
Mais la véritable surprise fut la réception du film par les ouvriers. En effet, une fois monté, celui-ci leur est projeté. Le coffret DVD propose, sous le titre La Charnière (1968), un montage de l'enregistrement de la séance houleuse qui suivit la projection et là, c'est la giffle.
Un ouvrier s'exclame: "Je pense que les travailleurs de Rhodia ont vu ça et que si le réalisateur a voulu vraiment exprimer, alors vraiment c'est un incapable. Si vraiment il a voulu exprimer ce que ressentent les travailleurs de Rhodia et le besoin qu'ils ont, je pense que le réalisateur c'est un incapable. Je le dis crûment. Je le dis tel que je pense." Un autre reprend plus loin qu'à "aucun moment, dans le film, un travailleur n'a soulevé le problème de la discipline dont on n'est victime à l'intérieur de l'usine." Les femmes ne sont pas en reste. Une ouvrière soulève à juste titre la question. "Ca n'apparaît pas le travail des femmes, par exemple, là, dans votre film! C'est peut-être aussi une lacune." Et les critiques de se poursuivre. Un ouvrier touche juste. "Le film montre tout pessimiste, dit-il, parce que tous ceux qui ont été interviewés se plaignent dans le film, tu comprends?... Pas un qu'est content!... Alors c'est normal. On a l'impression que c'est des esclaves, qui n'ont aucune vie, qui ne rigolent jamais." Un autre de reprendre: "C'est inconcevable qu'on puisse réussir une grève sans un boulot d'équipe, sans quelque chose d'organisée, sans des structures. On a un téléphone arabe dans l'usine. Et là, ça paraît un peu seul, un peu... c'est du cinéma, quoi!" La discussion se poursuit et un ouvrier affine cette remarque. "Pourquoi les travailleurs ne se retrouvent pas dans le film? Tu parlais d'analyse. Moi, je crois que, tout simplement, je le dis franchement, Chris est romantique. Il a vu les travailleurs, l'organisation syndicale avec romantisme."
Marker reçoit les doléances et les critiques, et répond "alors, c'est un peu par hasard, qu'en même temps, qu'a commencé cette entreprise, dont on savait d'avance ses limitations et ses éléments d'échec. On avait quand même continué une activité parallèle, qui était celle d'un groupe de jeunes militants à qui on mettait entre les mains des caméras, des magnétophones, avec cette hypothèse qui, moi, m'apparaît toujours évidente: c'est que, nous, on sera toujours au mieux des explorateurs bien intentionnés, plus ou moins sympathiques, mais de l'extérieur et que, de même que pour sa libération, la représentation et l'expression du cinéma de la classe ouvrière sera son oeuvre elle-même. Et que c'est quand les ouvriers auront entre les mains les appareils audiovisuels qu'ils nous montreront, à nous, les films sur la classe ouvrière, et sur ce que c'est qu'une grève, et sur ce que c'est que l'intérieur d'une usine. Mais je crois qu'on serait même dix mille fois plus malins, et moins romantiques, qu'on serait quand même limités par cette espèce de réalité cinématographique qu'on expérimente tout le temps, qu'on aille chez les pingouins [référence au travail de Mario Marret] ou chez les ouvriers, qu'évidemment on ne peut exprimer réellement que ce qu'on vit, et que le film que vous souhaitez, mes enfants, c'est vous qui le ferez."5
Ainsi est né le groupe Medvedkine de Besançon, (et plus tard celui de Sochaux), dont le premier résultat sera Classe de lutte, un court métrage retraçant l'éveil d'une militante syndicaliste, présente dans A bientôt j'espère: Suzanne Zedet.

Dans la trop confidentielle et excellente brochure du CCPPO, Les Cahiers des Amis de la Maison du Peuple n°5 : Micheline Berchoud, La véridique et fabuleuse histoire d'un étrange groupuscule: le C.C.P.P.O.) (2003/2004, p. 92-93 / que l'on peut acquérir à la Librairie Les Sandales d'Empédocle de Besançon), est éditée une lettre de Chris Marker, témoignage très suggestif de la "participation" des cinéastes et techniciens du cinéma à ce film "ouvrier", sorte de méthode de travail:
"Mercredi avril 67
Cher René, voilà les sons annoncés par Mario, repiqués à 9,5 simple piste. Ils sont à vous [Egalement quelques photos de Michèle, et les négatifs pour agrnandissement] - Rectif. Te sera envoyé samedi!
Un premier état du montage, son et image, sera prêt j'espère dans le courant de la semaine prochaine (le problème est de concilier cela avec le travail du Vietnam, qui prend pas mal de temps). A partir de là se pose la question: comment bien aborder la prochaine étape? Je crois que ce matériel peut fournir une base pour les discussion de la séance de "retrouvailles" dont parle Paul. Mais avez-vous à Besançon le matériel pour une projection "double bande"? (le son est évidemment capital). Pouvons-nous envisager de louer un appareil et de venir avec, film et nous? et dans ce cas (le plus important à mes yeux): dans quelle mesure notre présence (c'est-à-dire 2 ou 3 personnes qui sont quand même relativement des "étrangers") peut-elle être ou non souhaitable lors de la séance des retrouvailles? Il peut-être important d'enregistrer (son en tout cas, peut-être image aussi?) ce qui se dira lors du premier bilan de la grève - mais on peut penser aussi que notre présence, ou simplement le fait d'être enregistré, gêne ou paralyse certaines prises de position et nuise à la sincérité totale de la confrontation? J'ai besoin d'une réponse sur tous ces points: nous ferons ce que vous nous demanderez, mais je ne veux pas tomber dans la bonne volonté brouillonne (ni dans l'excès de prudence d'ailleurs). Donc la parole est à Paul, à toi, à Yoyo. Vous nous dites.
Quant au montage lui-même, quelle est votre opinion? Une esquisse de film "fait", qui donne l'impression que c'est du sérieux, qu'on est des professionnels et qu'on entre dans une vraie entreprise de cinéma - ou quelque chose de plus inachevé, de plus ouvert, qui laisse une plus large part aux critiques, aux initiatives, aux suggestions? J'envisageais même une série de petites unités autonomes, chacune centrée sur un thème, et donnant immédiatement naissance (en arrêtant la projection) à un débat sur le thème traité. Là encore, donnez votre avis.
Je tâcherai de venir moi-même si Mario n'est pas rentré, mais de toute façon, je souhaite que ce soit Paul qui prenne la direction des choses et qui dispose de nous comme d'espèce de machines enregistreuses dont les ouvriers de la Rhodia peuvent disposer pour faire leur film. Les autres problèmes se régleront après. Je crois que si nous ouvrons là une porte vers une possibilité d'inscrire dans le cinéma un tableau de la condition ouvrière en 1967 par ceux qui la vivent, nous sommes dans le droit fil de ce qui doit se faire en ce moment, pour le cinéma comme pour le reste.
Fraternellement à tous, Chris (signature)."

Générique (début, dans l'ordre d'apparition)
[début]
visa de contrôle cinématographique n° 35.714
SLON
[fin]
[réalisation:] Chris Marker, Mario Marret
[image:] Pierre Lhomme
[son:] Michel Desrois
[montage:] Carlos de los Llanos
[images et son de la grève de 1967:] Bruno Muel (image), Paul Bourron, Antoine Bonfanti (son), Harald Maury
photo: Michèle Bouder
Jacqueline Meppiel, Gilbert Duhalde, René Vautier, Dominique Berchoud
et Valérie Mayoux qui a eu l'idée du titre:
"à bientôt j'espère..."
Distribution: ISKRA

Commentaire / scénario: non édité
A bientot j'espère CH2_2013.pdf

Notes
1 Le récit, La véridique et fabuleuse histoire d'un étrange groupuscule: le C.C.P.P.O. (Besançon: Les Amis de la maison du peuple, 2003), que Micheline Berchoud a écrit, retrace les années d'aventure d'un groupe de militants d'un quartier de Besançon de 1956 à 1973 qui font émerger une expression artistique forte.
2 Chris Marker, "Les révoltés de la Rhodia", Le Nouvel Observateur, n° 123 (22 mars 1967), p. 22-26
3 Chris Marker, "Pour Mario", livret du coffret DVD Les Groupes Medvedkine, Paris: ISRKA - Editions Montparnasse, [2006], p. 14-15
4 Guy Gauthier, Chris Marker, écrivain multimédia, ou voyage à travers les médias, Paris: L'Harmattan, 2001, p. 126-127
4 Voir le livret, p. 20-21. A noter qu'un autre débat tout aussi houleux, mais cette fois-ci avec un public moins ouvrier et plus cinéphiles a eu lieu en présence de Chris Marker, Costa Gavras et quelques autres, à la suite de la projection d'A bientôt j'espère, dont une partie a été publiée dans "L'Aurore du cinéma ouvrier", Le Nouveau cinémonde, n° 1840 (16 juin 1970), p. 8-10

Bibliographie
  • Chris MARKER, "Les Révoltés de la Rhodia", Le Nouvel observateur, n° 123 (22 mars 1967), p. 26-28
  • * Paul-Louis THIRARD, "Deux films d'action: A bientôt j'espère... et Les Enfants de néant de Michel Braut et Annie Tresgot", Positif, n° 97 (juillet 1968), p. 2
  • Jean-Louis BORY, "A bientôt j'espère...; Classe de lutte par le Groupe Medvedkine de Besançon", Le Nouvel observateur, n° n/a (28 juillet 1969), p. n/a; réédité dans Ombre vive, Paris: 10/18, 1973, p. n/a
  • Henri LEPINE, "XXIIIe Festival Au rencontres cinématographiques [d'Avignon]: Classe de lutte et A bientôt j'espère..., sur les luttes de classes en France", La Marseillaise, n° n/a (1er août 1969), p. n/a
  • Marcel MARTIN, "Caméra au poing: A bientôt j'espère et Classe de lutte, n/a (1969?)
  • anonyme, "En France, mai 68 et la suite", Positif,  n° 113 (février 1970), p. 60
  • * Wolfgang LIMMER, "Der Schneideraum ist keine Waffenfabrik", Fernsehen und Film , n° n/a (août 1970), p. 25
  • anonyme, "Le groupe Medvekine", Les lettres françaises, n° 1'360 (18 novembre 1970), p. n/a
  • * "Le groupe S.L.O.N." (propos recueillis par Guy Hennebelle et Marcel Martin), Cinéma 70, n° 151 (décembre 1970), p. 88-92
  • * "Le groupe Medvedkine" (propos recueillis par René Vautier), Cinéma 70, n° 151 (décembre 1970), p. 92-95
  • "Brève rencontre avec le groupe SLON (propos recueillis par Guy Hennebelle)", Ecran, n° 13 (mars 1973), p. 36-38
  • * Richard ROUD, "SLON: Marker and Medvedkine", Sight and Sound, n° 42/2 (printemps 1973), p. 83-83
  • * Guy HENNEBELLE, "ISKRA: le cinéma militant est une étincelle...", Cinéma d'aujourd'hui, n° 5-6 (mars-avril 1976), p. n/a
  • * Silvia HARVEY, May 68 and Film Culture, Londres: BFI, 1978
  • * Guy GAUTHIER, "Libres antennes, écrans sauvages", Autrement, n° 17 (février 1979), p. 71-85; traduit en allemand dans "Die Militanten: 10 Jahre Fieber und Wunschträume", Video-Magazin, n° 18-19 (janvier 1980), p. 20-22
  • * William F. van WERT, "Chris Marker: The SLON Films", Film Quarterly, n° 32/3 (printemps 1979), p. n/a
  • * Bernard BENOLIEL, "Le cinéma à la porte de l'usine", Les cahiers du cinéma, n° h.s. 23 (1998), p. 20-23
  • * Yann GOUPIL, "A bientôt j'espère...", Bref, n° 56 (février 2003), p. 40-41

La Sixième face du Pentagone / François Reichenbach

Cliquez pour agrandir l'image1968 - France / Belgique - 28' - 35 mm - Couleur
Ce film collectif débute par le proverbe Zen: "Si les cinq faces du Pentagone te paraissent imprenables, attaque par la sixième", et s'achève par l'affirmation d'un jeune homme: "J'ai changé!" Entre les deux, Marker, Reichenbach and Co, montrent, pas à pas, la marche sur le Pentagone (Washington), en opposition à la guerre du Vietnam, le 21 octobre 1967. Si dès le début, la marche est bon enfant, opposant "pour" et "contre", "pro" et "anti", arrivée devant le bâtiment des forces militaires américaines, tout s'emballe, à tel point que les forces de sécurité sont prises de cours et littéralement débordées. Les opposants sont cependant stoppés et refoulés à l'entrée du building, mais peu importe, être arrivé là fait de la manifestation un succès.
En fait, plusieurs Français, réalisateurs, photographes, écrivains, journalistes, techniciens du cinéma ou de la télévision se sont retrouvés ensemble à cette manifestation et ont saisi l'évènement à travers le médium qui est le leur. Marker et Reichenbach profite de tout ce matériel pour en faire un film pour la télévision française. En effet, comme le stipule les documents des archives des Films du Jeudi, La sixième face du Pentagone a été réalisé en collaboration avec l'O.R.T.F. et montré pour la première fois, intégralement, dans l'émission Caméra III,  produite par Philippe Labro et Henry de Turenne (qui dit le commentaire du film), le 1er novembre 19671. Le 8 mars 1968, face à une possible censure dans le cadre d'une diffusion cinéma, le producteur Pierre Braunberger adresse une lettre à M. Touzery, chef du Service juridique et technique de l'information, du Ministère de l'Information, dans laquelle il précise encore que "cette émission a eu l'approbation des autorités de la télévision, donc de notre Ministre de tutelle."2
Par ailleurs, le film a été distribué aux USA, comme Newsreel Nr. 113, sous le titre October 21, 1967. Demonstration.3
Enfin, à noter que c'est durant cette marche que Marc Riboud prendra la célèbre photo de la "Fille à la fleur", alors que dans la même nuit, son fils Alexis naissait de l'autre côté de l'Atlantique.4
Cliquez pour agrandir l'image
Générique (début, dans l'ordre d'apparition et complété par Pesaro 1986 et alii)
[France-Opera Film présente]
La sixieme face du Pentagone
Un film S.L.O.N. produit et réalisé par
[Chris] Marker [réalisation, images], [Antoine] Bonfanti [son], Carlos [de los Llanos, montage], [François] Reichenbach [réalisation, commentaire, images], [Tony] Daval [images], Harald [Maury, son], [Christian] Odasso, Tandé, [Marc] Riboud [photos], Catherine, [Laboratoire] Eclair, Alexis "is born" [Riboud, né le jour du tournage], Sis, Visa 34061, [Pierre] Braunberger [producteur], Hell no, Valérie, $noopy, [Henry de] Turenne [voix off, et Philippe] Labro [tous deux producteurs de Caméra III], Luntz, Véronique, Arnaud, Dany, Manifestants, US Marshalls, You, Me
1967 / Año Del Vietnam Heroico
Grand prix du Festival d'Oberhausen - 1968
Prix Fipresci du Festival d'Oberhausen - 1968
Distribution: Films du Jeudi (Films de la Pléiades)

Commentaire / scénario: dans Jeune cinéma, n° 35 (janvier 1969), p. 2-6

Notes
1 Dans sa lettre du 8 mars 1968, Pierre Braunberger écrit en fait "le premier mardi de novembre 1967", mais dans la brochure "Les lycéens au cinéma" produite en collaboration avec le CNC et le Ministère de la Culture, il est fait mention du 1er novembre, soit un mercredi (p. 10).
2 Nous remercions Mme Laurence Braunberger de nous avoir donné accès aux dits documents.
3 Thomas Tode, "Filmografia commentata", dans Chris Marker. Pesaro 1996 (a cura di Bernard Eisenschitz), Rome: Dino Audino Editore, 1996, p. 111
4 Cette information est tirée du livret du DVD du Fonds de l'air est rouge produit par Arte Vidéo.

Bibliographie
  • * Andrée TOURNES, "La Sixième face du Pentagone", Jeune cinéma, n° 27-28 (janvier 1968), p. 79
  • * Marcel MARTIN, "Oberhausen 1968", Cinéma 68, n° 127 (juin 1968), p. 22-27
  • * Bernard COHN, "Un cinéma pour la révolution: 1- Préface, La Sixième face du Pentagone. ", Positif, n° 97 (juillet 1968), p. 1-2
  • * Ulrich GREGOR, "Gibt es noch politische Filme?", Filmkritik, n° 5 (1968), p. n/a
  • * anonyme, "La Sixième face du Pentagone", Evangelischer Film beobachter, n° 223 (1968), p. 225-226
  • * Larry LOEWINGER, "La Sixième face du Pentagone", Film Quarterly, n° 22/2 (hiver 1968-1969), p. 58-59
  • * Hilmar HOFFMANN, "La Sixième face du Pentagone", XIV. Westdeutsche Kurzfilmtage 1968, Oberhausen, 1969, p. 69 sq; réédité dans Wolfgang RUF, Möglichkeiten des Dokumentarfilms, Oberhausen: Westdeutsche Kurzfilmtage, 1979, p. 132 sq
  • * anonyme, "n/a", Filmclub  (Kaiserslautern), n° n/a (1970), p. n/a
  • * John HESS, "Un courant issu de la nouvelle gauche [Militanter Film in den USA]", dans Guy HENNEBELLE, Raphaël BASSAN (dir.), CinémAction. Cinéma d'Avant-garde: expérimental et militant, Paris: Papyrus Editions, 1980, p. 47-48
  • * Luc LAGIER, "La Sixième face du Pentagone", Bref, n° 48 (février 2011), p. 63-64

Jour de tournage / Pierre Dupouey

Cliquez pour agrandir l'image1969 - France - 11' - 16 mm - N&B
"Ou comment le climat de L'aveu [de Costa-Gavras] existait autant dans le tournage que dans le film." Autrement dit, un film sans commentaire, "le travail de Costa Gavras et de Raoul Coutard, avec Yves Montand et et Gabrielle Ferzetti."1
La seule copie connue de ce court-métrage a aujourd'hui disparu. Cependant, le film a été édité dans les bonus de l'édition DVD de 2004... introuvable!
Générique
[réalisation: Chris Marker et Pierre Dupouey]
Distribution: non distribué (anciennement ISKRA, puis KG productions)

Commentaire / scénario: non édité (pas de copie disponible)

Note:
1 Description tiré de "SLON, un cinéma de lutte", Image et son, n° 249 (avril 1971), p. 50

La Bataille des dix millions / Valérie Mayoux

Cliquez pour agrandir l'image1970 - Belgique/France/Cuba - 58' - 16 mm - N&B
La Bataille des dix millions était destinée à la Radio télévision belge1 (RTB) qui l'a coproduit avec K.G. Productions, la société de Costa-Gavras, et SLON, coopérative de production et de diffusions cinématographiques indépendantes fondée par Chris Marker, ainsi que l'Instituto Cubano de Arte e Industria Cinematográficos de Cuba (ICAIC).
Le début du documentaire est relativement clair et donne en deux minutes un résumé du film (ce dont il va être question), sous forme de teaser-bande annonce intégré au générique, peut-être pour des raisons télévisuelles.
"Lorsque le 9 février 1970, Fidel Castro parle à la télévision pour informer les Cubains de l'état actuel de la zafra, la récolte de canne-à-sucre, il est soucieux. La récolte marche dans les provinces de l'ouest, mais à l'est les difficultés commencent. Or il s'agit d'atteindre un chiffre exceptionnel: 10'000'000 de tonnes, pas une livre de moins. Fidel a fixé cette norme comme un athlète fixe la barre du saut-en-hauteur au niveau du record du monde: pas de demi-succès, c'est le record ou l'échec. Pourquoi la canne-à-sucre? Parce qu'après des expériences malheureuses, les dirigeants cubains ont conclu que la seule ressource immédiatement exportable et indéfiniment renouvelable de Cuba était le sucre. Pourquoi 10 millions? Parce que c'est le chiffre à partir duquel l'économie cubaine peut décoller entre ses dettes à l'égard des pays socialistes et ses besoins techniques payables en devises fortes. Pourquoi cette année? Parce que l'accord mondial sur le sucre et l'accord particulier avec l'Union-Soviétique exige une planification et que le plan prévoyait 10 millions de tonnes en 1970. Les Cubains comptaient y arriver progressivement. Ils n'y seront pas arrivés. La récolte de 1969 a été de 4,5 millions, moins de la moitié. Alors, là où la progression raisonnable et l'efficience quotidienne ont échoué, on répond par le volontarisme: mobilisation de toutes les énergies, participation de tout le peuple. Et cela, ajoute Fidel, sans que les autres fronts de la production en souffrent. C'est ce qu'il appelle la Bataille simultanée."
Pour atteindre les 10 millions planifiés, les Cubains doivent donc produire à ce moment là 1 tonne tous les 17 jours. La bataille peut commencer !
Sur le plan formel, La Bataille des 10 millions est un mélange d'images documentaires et d'images télévisées, d'images fixes et d'images en mouvement, qui d'après Albert Cervoni, de L'Humanité, sont pour l'essentiel des images provenant du matériel du film Despegue a la 18.00  (1969) de Santiago Alvarez2.
Comme l'a très bien décrit Jacques Demeure, de Positif, "La Bataille des dix millions est un film austère et rigoureux", ce que nous confirmons sans difficulté. Mais lorsqu'il poursuit avec "un très beau film qui mérite, et d'urgence, la plus large diffusion"3, l'appréciation devient plus discutable. En effet, ce film est très loin de la qualité des précédents, sur le plan formel s'entend. L'humour et l'esthétisation de l'image sont délaissées au profit de la revendication et de la "véracité" de l'image montrée. Le rythme également est moins précis. Les extraits des discours ont tendance à durer, à l'image de leur version intégrale il est vrai. Jacques Demeure le remarque et précise avec justesse que "didactisme et souci de clarté, refus du lyrisme, ce sont là les préoccupations majeures manifestées par Chris Marker tout au long du film." Les images sont certainement des images récupérées plus que tournées par le cinéaste, mais là où le film diffère le plus d'avec les précédents, là où l'austérité se fait le plus sentir, c'est à travers le commentaire épuré et sec (sans pour autant être pessimiste et sombre comme pour Description d'un combat). Là raison de cette nouvelle approche dans l'oeuvre de Marker tient au fait qu'après la période activiste et militante au sein de la coopérative de production SLON et les groupes Medvedkine, Chris Marker est retourné en Amérique latine pour préparé plusieurs volets de l'émission de télévision "On vous parle..." qui avait pour but d'offrir une autre information que celle qui était donnée à voir ou à lire aux Français. Il réalise coup sur coup On vous parle du Brésil: torture en 1969 et On vous parle du Brésil: Carlos Marighela en 1970. Or le premier de ces On vous parle... consiste en une longue interview des militants brésiliens libérés en échange de l'ambassadeur américain au Brésil kidnappé, et qui ont trouvé refuge à Cuba après avoir transité par le Mexique. Le film n'est plus une arme4, mais devient un moyen de contre-information pour que les gens aient les moyens de se faire une idée plus proche de la réalité que de l'idéologie ou de la propagande. La censure illégitime de Cuba Si par le Ministère de l'intérieur et plus encore les raisons données par le ministre Terrenoire ne sont certainement pas étrangères à cette nouvelle direction.
Par ailleurs, il faut noter que si au début des années 1960 Cuba était à la mode avec sa révolution populaire et le "Che", les choses ont bien changé à la fin de la décennie. Fini le temps de la lutte armée pour renverser les impérialistes, il faut maintenant reconstruire le pays, et avec l'embargo américain promulgué en 1962 à la suite des nationalisations cubaines expropriant des compagnies américains, il ne reste guère que le soutien de Moscou pour que la révolution ne soit pas livrée à elle-même. La vie des Cubains en 1970 est devenu des plus difficiles. Aussi, dans son film, Marker montre outre les derniers jours de la zafra et les difficiles conditions de vie des ouvriers, la vie à Cuba qui se partage entre difficulté d'approvisionnement et blocus américain. Mais l'essentiel du film reste les extraits des allocutions de Fidel Castro, à la télévision ou en public, en particulier celle du 26 juillet 1970, tenue place de la République (par laquelle le film s'achève et durant laquelle Fidel reconnaît l'échec de la zafra tout en s'efforçant d'en analyser les causes profonde d'une manière, il est vrai, lucide et honnête: manque de cadres qualifiés, sous-estimations de la force révolutionnaire de la classe ouvrière). Le tout étant ponctué d'avis des Cubains, l'ensemble créé un dialogue entre le chef révolutionnaire et son peuple. Marker apprécie la franchise de Castro qui ne cache rien (ou presque) aux Cubains dans le but de mieux pouvoir insister sur l'effort encore à fournir pour que Cuba puisse relever la tête et concrétiser son rêve, malgré tous les mauvais tours des impérialistes et des contre-révolutionnaires. Le cinéaste tente de rester objectif, montrant tout en évitant de critiquer, soulignant les points faibles sans enjoliver la réalité ni magnifier les points positifs.
Cependant, Jacques Demeure relève encore un manque dans l'approche du cinéaste, à savoir que "dans sa précision même, l'exposé économique de Chris Marker souffre d'être limité à la période immédiate. Il omet de rappeler que la question agricole a été le plus grave écueil rencontré par la majorité des nations qui ont voulu procéder à une révolution socialiste, que le problème agricole cubain, dans sa spécificité, ne s'est pas posé en 1970, mais dès 1959, à la prise du pouvoir. Déjà "Che" Guevara devait face au dilemme que crée l'existence d'une monoculture, ou presque, celle de la canne à sucre: y mettre fin, car ce régime, qui était pour l'impérialisme le procédé le plus rentable d'exploitation de ce pays sous-développé comme de bien d'autres, reste aussi pour lui le meilleur frein du décollage économique et le moyen de pression politique le plus efficace puisqu'il ne laisse pas d'alternative économique: ou la maintenir un temps, car elle est la seule source immédiatement possible de devises et de biens d'équipement et de consommation.  Cela fait maintenant près de douze ans que, accordant la priorité tantôt à la polyculture et à l'industrialisation, tantôt à la production sucrière à outrance, les dirigeants cubains recherchent anxieusement une solution."5
Quoiqu'il en soit, contrairement à Cuba Si!  qui reste un film de tout premier plan, tant sur le fond que sur la forme, La bataille des 10 millions  est aujourd'hui avant tout un témoignage sur l'histoire de Cuba aux lendemains de la Révolution, manoeuvrant contre vents et marées en pleine Guerre Froide. Les chants se sont tus, remplacés par le rythme des cadences de production si semblable à celui des industries impérialistes. 
Bien que ce film soit "vendu" comme co-réalisation dans le catalogue de l'ISKRA de 1971-1972, à l'image du Joli mai, l'essentiel du montage (qui fait le film) est de la main de Chris Marker, comme le décrit Valérie Mayoux en janvier 1997.
"Je suis retourné rendre visite à Chris qui s'était installé un atelier dans une sorte de loft, chez des amis, pour monter Le fond de l'air… C'était glacial en hiver, la table de montage était installée au milieu de la pièce, et il travaillait là seul : on aurait dit un moine. Il me montrait ce qu'il avait fait. Pour lui, le montage est vraiment la recherche de la nécessité de ce que disent deux plans quand ils se rencontrent - et qui peut passer, chose très importante chez lui, par l'humour. C'est une alchimie qu'il est le seul à pouvoir trouver, avec son allié le hasard, qui n'existe pas d'ailleurs : il peut confier à d'autres, ses "petites mains", le montage d'une séquence, mais c'est à peine plus que le hasard… Sur La bataille des dix millions, il lui est arrivé de partir en me disant : "Valérie, je vous laisse monter la séquence", et j'étais absolument saisie d'épouvante, parce que naturellement il ne soufflait pas mot de ce qu'il entendait par là. D'ailleurs, il ne peut pas le dire d'avance, comme un alchimiste ne connaît pas d'avance la formule de son expérience. C'est pour cela que l'apparition de la vidéo, de l'informatique et autres synthétiseurs a été une telle jouissance pour lui, parce que ça lui permet vraiment de jouer avec une souplesse formidable."
"Témoignage de Valérie Mayoux: monteuse" (recueilli par Olivier Khon et Hubert Niogret), Positif, n° 433 (mars 1997), p. 95
Générique (début, dans l'ordre d'apparition)
K.G. Production + S.L.O.N. + R.T.B. + I.C.A.I.C. =
La Bataille des dix millions
Documents cubains assemblés par Chris Marker et Valérie Mayoux
Images: Santiago Alvarez et "Noticiero" I.C.A.I.C.
Voix: Georges Kiejman et Edouard Luntz
Musique: Léo Brouver
"Machete": Jacqueline Meppiel
Mixage: Elvire Lerner
[Son: Jean-François Chevallier]
Prix du meilleur document-reportage du premier Festival international du film de court métrage de Grenoble - 1972
Distribution: non distribué (anciennement ISKRA)

Commentaire / scénario: dans Jeune cinéma, n° 50 (1970), p. 39-48. Traduction d'extraits en allemand dans 3 - Internationalen Forum des Jungen Films, 27.6 - 4.7.1971: Blatt 19

Notes
1 Jacques Demeure, "La canne, la mode et la révolution (La bataille des dix millions)", Positif, n° 122(décembre 1970), p. 39
2 Information tirée de Pesaro Film Festival 1996 : Chris Marker, Roma: Dino Audino Editore, 1996, p. 115. Le titre donné par Cervoni dans L'Humanité du 3 février 1971 est Despegue a las diez y ocho. Nous avons choisi le titre officiel ici.
3 Demeure, 1970, p. 40
4 Le mots d'ordres des groupes Medvedkine était "filmez, des photos, des textes, des manifs, des moments de votre vie car le film est une arme". Or, dans l'une de ses dernières interviews sur Second Life, Marker a rejeté cette idée du film comme une arme [6:35].
5 Demeure, 1970, p. 42

Bibliographie
  • Guy HENEBELLE, "La Bataille des dix millions. Film français de Chris Marker", Jeune Afrique, n° 516 (24 novembre 1970), p. n/a
  • * Jacques DEMEURE, "La Bataille des dix millions", Positif, n° 122 (décembre 1970), p. 39-43
  • Guillemette de VERICOURT, "Le Réseau éléphant. La Bataille des dix millions de Chris Marker", L'Express, n° n/a (25 janvier 1971), p. n/a
  • Marcel MARTIN(?), "La Charge  à la machette - La Bataille des dix millions de Chris Marker", Les Lettres françaises, n° n/a (27 janvier 1971), p. n/a
  • Gaston HAUSTRATE, "La Bataille des dix millions, un film de Chris Marker", Témoignage chrétien, n° n/a (28 janvier 1971), p. n/a
  • Louis MARCORELLES, "La Bataille des dix millions", Le Monde, n° n/a (29 janvier 1971), p. n/a
  • * R. CHAZAL, "La Bataille des dix millions", France soir, n° n/a (30 janvier 1971), p. n/a
  • * G. DASCAL, "La Bataille des dix millions", Vie ouvrière, n° n/a (janvier 1971), p. n/a
  • * Jean-Louis BORY, "La Bataille des dix millions", Le Nouvel observateur, n° 325 (1er février 1971), p. n/a
  • Albert CERVONI, "Réalité cubaine: La Bataille des dix millions", L'Humanité, n° n/a (03 février 1971), p. n/a
  • Roger DOSSE, "A propos du film de Chris Marker La Bataille des dix millions", Politique hebdo, n° n/a (04 février 1971), p. n/a
  • Pierre MAZARS, "La Bataille des dix millions", Le Figaro, n/a (12 février 1971), p. n/a
  • Christine de MONTVALON, "La Bataille des dix millions", Télérama, n° 1'100 (14 février 1971), p. n/a
  • * Jacques DEMEURE, "La canne, la mode et la révolution", Positif, n° 122 (février 1971), p. n/a
  • * Guy GAUTHIER, "La Bataille des dix millions", Image et son, n° 247 (février 1971), p. 103-106
  • * Chr. ZIMMRE, "Avènement de l'Ignoble", Les Temps moderne, n° n/a (mars 1971), p. n/a
  • Guy HENNEBELLE, "Cuba, la bataille des dix millions. Les guerilleros au pouvoir", Cinéma 71, n° 155 (avril 1971), p. 126- 128
  • * Hans-Georg SOLDAT, n/a, Des Tagesspiegel, n/a (06 juillet 1971), p. n/a
  • * Pierre LACHAT, n/a, Der Landbote, n° n/a (19 juillet 1971 / Winterthur), p. n/a
  • * Hubert ARNAULT, "La Bataille des dix millions", Image et son: saison cinématographique, n° 252-253 (septembre-octobre 1971), p. 24
  • * P. MAZARS, "La Bataille des dix millions", Le Figaro, n° n/a (12 décembre 1971), p. n/a
  • * Michel PEREZ, "Chris Marker, lauréat du Festival de court-métrage de Grenoble", Combat, n° n/a (13 mars 1972), p. n/a
  • * A. APON, "La Bataille des dix millions", Skrien: tijdschrift voor film en televisie, 29-30 (printemps 1972 / Amsterdam), p. 29-30

Vive la baleine / Mario Ruspoli

Cliquez pour agrandir l'image1972 - France - [30' réduits à ?] 16'07 - 35 mm - Couleur
Après Les hommes de la baleine (1956) de Mario Ruspoli, dont le commentaire est écrit par Chris Marker, les deux hommes décident de réaliser ensemble un nouveau film sur la pêche des cétacés: Vive la baleine.
Mais cette fois-ci, plus question de montrer la pêche traditionnelle au cachalot. Il s'agit purement et simplement de dénoncer un massacre inadmissible, celui des baleines bleues, le plus grand des animaux ayant jamais existé.
Comme le résume très bien le Festival du film de La Rochelle, "la baleine a d'abord représenté pour une partie de l'humanité un moyen essentiel de survie. Puis l'industrialisation est apparue, et avec elle le grand Capital. La chasse à la baleine est alors devenue un moyen de faire du profit. Le massacre pouvait commencer. Telle est l'histoire racontée dans ce documentaire sans effets ni fioritures."
Si aujourd'hui un moratoire interdit la chasse à la baleine,  et malgré le fait que le Japon, l'Islande et la Norvège poursuivent leurs exactions sous prétextes scientifiques, les chiffres sont là.
En effet, la Commission baleinière internationale (CBI), fondée en 1948, avait mis en place un système de gestion de la chasse qui s'est avéré un échec total. "Ainsi, le système de conversion appelé "Unité de baleine bleue" (BWU, Blue Whale Unit) qui établit des équivalence entre les différentes espèces de baleines à fanons en fonction de la quantité moyenne d'huile pouvant en être tirée (1 baleine bleue=2 rorquals communs=2,5 baleines à bosse=6 rorquals de Rudolphi), ainsi que la mise en place d'un quota global pour toutes les nations baleinières va provoquer le massacre des plus grandes baleines et amener leurs populations au bord de l'extinction. Ce n'est que dans les années 1960 que des quotas par pays seront adoptés, et en 1972 que l'Unité de baleine bleue sera abolie."1
Mario Ruspoli, qui s'implique toujours passionnément dans ses projets, ne s'arrêta pas là. En plus de son film, il édite un second livre sur le sujet intitulé Les hommes de la baleine (1972), en référence à son premier film homonyme (1956), qui était sorti a peu près simultanément avec le  livre A la recherche du cachalot (1955).
Dans ce second opus, Ruspoli fait le bilan de cette chasse, à la suite de la Conférence de Stockholm de juin 1972 qui émettait le voeu d'arrêter la chasse pendant dix ans pour permettre aux cétacés de se renouveler. Il nous apprend entre autre, qu'en 1964, point culminant du massacre, 357 canonnières et 23 usines flottantes ont tués 33'001 cétacés, dont 372 baleines bleues, et aussi que sur les 150'000 baleines bleues vivantes en 1930, il en restait moins de 1'000 en 1966, un massacre principalement dû aux Norvégiens.2
Quoiqu'il en soit, Vive la baleine est un documentaire exemplaire par son approche didactique, tout en étant un pamphlet cinglant contre le mercantilisme des industries de pêche.
Notons encore la rareté des documents concernant ce film, dont on ne sait rien de plus ou presque.
Enfin, dans la "Nota filmografica" insérée en fin du volume (p. 193-196) de Scene della terza guerra mondiale 1967-1977, version italienne du Fonds de l'air est rouge, éditée en 1980, il est fait mention d'un film intitulé Vive la banlieue qui aurait été coréalisé par Marker et Mario Maret en 1972. Nul doute qu'il s'agit en réalité de Vive la baleine de Mario Ruspoli.

Cliquez pour agrandir l'image
                                                                Livre - 1972 - 148 p.
Générique (début, dans l'ordre d'apparition, complété par le site du Festival de La Rochelle)
Argos Films - 1972
Vive la baleine
baleines: Mario Ruspoli
vivats: Chris Marker
assistés par: Germaine et Mario Chiaselotti
[voix off:]
voix magistrale: [Louis] Casamayor
voix intérieure: Valérie Mayoux
voix musicale: Lalan [van Thienen]
générique: Timour Lam
[montage, son_et commentaire: Chris Marker]
[image: Michel Boschet]
[production: Argos Films]
Distribution: Tamasa (pour Argos Films)

Commentaire / scénario: non édité
Vive la baleine CH2_2013.pdf

Notes
1 Article Wikipédia. A noter que 1972 est aussi l'année de fondation de Greenpeace qui outre le nucléaire aura pour principal cheval de bataille la chasse à la baleine.
2 Mario Ruspoli, Les hommes de la baleine, Paris: Editions Offidoc, 1972, p. 133-134

Bibliographie
  • Gérard LANGLOIS, "Le court métrage à Cannes", Cinéma 73, n° 178-179 (juillet 1973), p. 14-17

Un Maire au Kosovo / François Crémieux

Cliquez pour agrandir l'image2000 - France - 27'20 - Beta sp - Couleur
La Bibliothèque du Centre Pompidou résume Un maire au Kosovo simplement, mais avec clarté. "Chris Marker recueille en 1999 le témoignage de Bajram Rexhepi, maire de Mitrovitsa. La ville de Mitrovitsa, au Nord du Kosovo, est devenue célèbre à cause de son pont, celui qui la coupe en deux: il séparait la population albanaise du dernier bastion serbe. Bajram Rexhepi, chirurgien, a été engagé comme chirurgien, dans l'Armée de libération du Kosovo. Devant la caméra de Chris Marker, il parle de son engagement en temps de guerre et analyse avec lucidité les circonstances qui l'ont fait maire de Mitrovitsa. C'est cette lucidité, rare dans les Balkans, qui lui vaudra plus tard d'être nommé Premier ministre dans le gouvernement issu des élections de 2001".
La page du site Wikipedia consacrée à Bajram Rexhepi apporte d'autres précisions. "Durant le conflit de 1999, Rexhepi a rejoint l'Armée de libération du Kosovo et a passé trois mois comme médecin de terrain. Aux élections générales de novembre 2001, au Kosovo, le parti de Rexhepi a remporté 25,7 % des suffrages, au deuxième rang après Ibrahim Rugova de la Ligue démocratique du Kosovo. Rexhepi a été nommé Premier ministre par l'Assemblée du Kosovo le 4 mars 2002. [...] Rexhepi est considéré comme un politicien modéré et il a affirmé que l'un de ses principaux objectifs serait de "promouvoir la tolérance et la réconciliation"."
Quoiqu'il en soit, Bajram Rexhepi a été présenté à Marker par François Crémieux, le protagoniste de Casque bleu (1995), un de ses courts métrages précédents, devenu depuis lors directeur d'hôpital en France. Lors de "Vidéo et après. Chris Marker vu par...", hommage du Centre Pompidou, le 18 mars 2013, François Crémieux a précisé que la rencontre entre les deux hommes avait eu lieu à l'occasion d'un voyage de 3 semaines, le dernier de Marker au Kosovo (ou en tout cas l'un des tous derniers).
Générique (fin, dans l'ordre d'apparition)
[réalisation:] Chris Marker, François Crémieux
Et la voix de Federico Sanchez
Distribution: KG Production

Commentaire / scénario: non édité
Un maire au Kosovo CH2_2013.pdf

Le Souvenir d'un avenir / Yannick Bellon

Cliquez pour agrandir l'image2001 - France - 42' - DV - Couleur
Le Souvenir d'un avenir n'est rien d'autre qu'un film documentaire réalisé en hommage à la photographe Denise Bellon, par sa fille Yannick, avec l'aide de Chris Marker, un ami de la famille. Lors du colloque "Dans l'antre du Chat", proposé par la Haute Ecole d'Art et de Design de Genève (HEAD), les 1er et 2 décembre 2011, dans le cadre du projet Spirales. Fragments d'une mémoire collective. Autour de Chris Marker, Thierry Garrel,  "commission editor" du film pour le compte d'Arte, précise, en effet, que Chris Marker se laissait dire fort peu de choses dans son travail et que généralement cela se limitait à des détails, peu nombreux et toujours suggestifs, jamais contraignants, ceux-ci par ailleurs, généralement proférés lors de la vision du premier montage.
Plus encore, il revient sur l'origine de l'intervention de Chris Marker dans Le Souvenir d'un avenir, à savoir que Yannick Bellon n'arrivait pas à terminer le film. Il s'agissait, en effet, du contrat ouvert le plus long qu'Arte ait connu, signé en 1991 ou 1992, ceci à la fois à cause des déboires signalés ci-dessous, et à la fois, explique Thierry Garrel, "parce qu'elle ne se sortait pas de ce film hommage à sa mère." "Tous les ans, précise-t-il, quand venait le temps d'arrêter les comptes, il fallait que je [T. Garrel] cache ce film d'une manière ou d'une autre pour qu'il n'apparaisse pas, car, évidemment, avec de l'argent public, on vous demande toujours où est passé l'argent, où est le film, sinon il faut résilier la convention et qu'on rende les sous, etc. Ca a duré très très longtemps et finalement, c'est Chris Marker qui a sauvé le film par amitié pour les Bellon... Loleh Bellon, Claude Roy, puisque Loleh Bellon, la comédienne, était la femme de Claude Roy et qu'ils faisaient partie de... on pourrait dire du même groupe tous: Chris Marker, Resnais, Cayrol etc., et que Chris Marker est quelqu'un de fidèle."
Le site belge lepticine confirme ces dires. Le projet remonterait bien à 1990. Intitulé à l'origine Arrêt sur image, construit sur un texte de Claude Roy lu par sa femme Loleh Bellon (fille de Denise et divorcée de Jorge Semprùn, un autre proche de Marker, mais du côté des Montand), la réalisation en est confiée à Yannick. Un travail en famille en somme.
"Un important travail à partir du Fonds Denise Bellon (environ 20'000 négatifs de 1937 à 1956) est engagé. Tirages et sélections sont effectués avant le banc-titre." Or, dans le même temps, Les Films de l'équinoxe, producteur du film, entreprennent un autre film, L'Affût, qui s'avère être un échec, mettant "en péril la poursuite de la production de Arrêt sur image."
Dans le même temps, Claude Orland, dit Claude Roy (1915-1997), puis Marie-Laure Bellon, dite Loleh Bellon (1925-1999), et enfin Denise Bellon (1902-1999) décèdent. Et donc, finalement, en 2001 Yannick décide de reprendre le projet, mais sous une autre forme, avec l'aide de Chris Marker.
Cliquez pour agrandir l'imageGénérique (fin, dans l'ordre d'apparition)
photographies: Denise Bellon
film; Yannick Bellon, Chris Marker
voix: Pierre Arditi
tissu sonore: Michel Krasna (Chris Marker)
musique du générique: Federico Mompou - Musica Callada
banc-titre: Marchetti
post-production: Jean-François Naudon
mixage: Florent Lavallée
laboratoire: Centrimage
auditorium: Aura films-Digison
direction de production: Eric Le Roy
Une coproduction Les Films de l'équinoxe - Arte France
Unité de programme: Thierry Garel
Avec le soutien de la PROCIREP et la participation du Centre national de la cinématographie et du Ministère de la Culture
(c) France (2001) Les Films de l'équinoxe - ARTE France
Distribution: Films de l'Equinoxe

Commentaire / scénario: édité sur internet par lepticiné.be

Bibliographie
  • * Nathalie MARY, "Le souvenir d'un avenir", Bref, n° 51 (novembre 2001), p. 36-37
  • * Jean-Louis LEUTRAT, "Le souvenir d'un avenir", Positif, n° 489 (novembre 2001), p. 74-75

Le Regard du bourreau (Henchman Glance) / Léo Hurwitz

Cliquez pour agrandir l'image2008 - France - 31' - vidéo - N&B et Couleur
En juin 1961, dans le cadre d'un procès débuté le 11 avril à Jérusalem, le film Nuit et Brouillard est projeté à l'accusé Adolf Eichmann, principal criminel de guerre nazi, enlevé l'année précédente par le Mossad. Le documentariste américain Leo Hurwitz filme la scène, ainsi que tout le reste du procès. Des années plus tard, Chris Marker reprend ce document qui, ainsi remonté, confronte les regards de trois cinéastes : Resnais, Hurwitz, et le sien. Guillaume Morel décrit ce processus avec intelligence et précision: "Le cinéma y est encore conçu comme l'expérience d'une confrontation. Dans ce film, Chris Marker remet au travail une séquence tournée par Leo Hurwitz lors du procès Eichmann (mais hors plaidoirie), où ce dernier est confronté à la projection de Nuit et Brouillard. Le film en noir et blanc de Hurwitz s'organisait principalement dans un champ / contre-champ parcimonieux entre Eichmann (le regardant) et le film de Resnais (le regardé). Selon sa propre expression, Marker en 2008 a souhaité effectuer « une mise à jour » de ce document peu connu que lui avait transféré l'historienne Sylvie Lindeperg. Dans les extraits de Nuit et Brouillard, Marker réintègre alors la couleur des plans tournés par Resnais et réintroduit le képi censuré sur la tête du gendarme de Pithiviers. Simplicité du geste et grandes conséquences, est-on tenté de dire. D'abord le film est rendu dans la version souhaitée par Resnais. On y lit un hommage de Marker à son compagnon de cinéma. Puis par la réintroduction du dispositif du film de Resnais (alternance de la couleur et du noir et blanc) au sein du document tourné par Hurwitz, Marker semble vouloir nous constituer un peu plus aussi comme spectateurs de Nuit et Brouillard. Là où Hurwitz fondait les extraits Nuit et Brouillard dans son film, Chris Marker détache lui clairement les deux régimes d'images. Nous sommes comme mis en tension à cause d'une double lecture entrelacée : nous regardons un nazi regarder Nuit et Brouillard, film dont nous sommes aussi en quelque sorte les spectateurs simultanés. Ce qui se produit en nous par la redécouverte toujours vive du film de Resnais est refendu par l'opacité du visage de Eichmann qui le découvre également. La confrontation réflexive des deux principes qui font le cinéma, captation et projection, atteint avec ce film un sommet."
Henchman Glance a semble-t-il été présenté pour la première fois le 3 juin 2010 au DOCUMENTARY Forum 1 de Berlin.
Il a également été présenté à la Tate Gallery de Londres dans le cadre du projet "The Image In Question III" du Otolith Group à l'occasion du Turner Prize. Une discussion (en anglais) a eu lieu après la projection avec Adrian Rifkin et Eyal Sivan.
Il a été projeté le 2 avril 2011 à Cinéma du réel.
Programme Cinéma du Réel 2011 (cf. page 83)
Journal du réel #9 du samedi 2 avril 2011
On a pu encore le voir le lundi 26 Septembre 2011, ce fut au tour des Laboratoires d'Aubervilliers de proposer une projection de ce film dans le cadre de Illegal Cinéma #58, avec une présentation Virginie Bobin.


En février 2011, Chris Marker écrit à Florence Dauman, ARGOS FILMS, producteur de NUIT ET BROUILLARD :
"Quand j'ai récupéré le document israélien, muet et avec entre les plans d'Eichmann la vue de l'écran sur lequel on lui montrait le film, en N&B flou, j'ai pensé que la "chose à faire" (dans l'absolu, sans aucune intention) c'était de remettre le son et de remplacer les écrans par les extraits du film. C'était juste un acte de bon sens : si on voulait montrer ce petit moment d'histoire, au moins qu'il soit parfaitement lisible. Le reste ne me regarde pas."

Générique
Document original tiré du film Le procès d'Adolf Eichmann (1961) de Léo Hurwitz, avec des extraits de Nuit et brouillard (1955) d'Alain Resnais, le tout remonté par Chris Marker.
Distribution: n/a

Commentaire / scénario: non édité
[tout prochainement!]

L'Ouvroir - The Movie  / Max Moswitzer

Cliquez pour agrandir l'image2010 - FR - 29' - animation numérique - Couleur
Ce film d'animation consiste en une visite de l'Ouvroir, le musée virtuel de Chris Marker conçu avec l'aide de Max Moswitzer et le chat Guillaume-en-Egypte, dans Second Life (coordonnées 189, 70, 39).
 
Cartel développé - Centre Georges Pompidou (Christine Van Assche)
Ouvroir. The Movie - 2010
Projection vidéo
Vidéo, couleur, son, 30'
Collection Centre Pompidou,  MNAM, Service Nouveaux Médias, AM 2011-161.
Monde virtuel conçu par Marker et son ingénieur-informaticien-ami Max Moswitzer, se référant au livre «L'Invention de Morel» d'Adolfo Bioy Casares, l'«Ouvroir» est un archipel 3D sur lequel nous sommes accueillis par l'avatar du célèbre chat Guillaume-en-Egypte pour visiter divers espaces dont un musée présentant des photos de Marker, une salle de cinéma, une salle de lecture avec entre autres les guides « Petite Planète », les installations « Silent Movie » et « The Hollow Men », des affiches de cinéma, une galerie de portraits des cinéastes amis, ainsi qu'une galerie de collages «X-Plugs».
A partir d'une trajectoire choisie, l'Ouvroir. The Movie est le film que Marker a réalisé à partir des éléments conçus sur cette plateforme 3D (Second Life) (adresse 189.70.39) afin , paradoxalement, de «dire adieu au cinéma, sans doute» et très certainement de faire subsister cette île et ses avatars dans un temps infini.
Marker est également présent par son avatar russo-japonais, Sergei Murasaki, comme pour affirmer ce «désir d'irréelle réalité d'une autre vie et d'un jeu de Trompe-la-mort à élaborer pour survivre à l'inhumanité des temps sans jamais rien en ignorer», écrit Raymond Bellour dans la revue Trafic n°84.

Générique
réalisation: Max Moswitzer et Chris Marker

Distribution: Films du Jeudi

Commentaire / scénario: non édité (muet)

Le Souvenir d'un avenir

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD -France)

Le Souvenir d'un avenir

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD - USA)

Le Souvenir d'un avenir

Cliquez pour agrandir l'image
            (DVD - Espagne)

Vive la baleine

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD - USA)

La Sixième face du Pentagone - A bientôt j'espère

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD -France)

La Sixième face du Pentagone - A bientôt j'espère

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD -France)

La Sixième face du Pentagone - A bientôt j'espère

Cliquez pour agrandir l'image
                  (DVD -USA)

La Sixième face du Pentagone - A bientôt j'espère

Cliquez pour agrandir l'image
              (DVD -Espagne)

A bientôt j'espère

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD -France)

A bientôt j'espère

Cliquez pour agrandir l'image
            (DVD - Argentine)

Le Joli mai

Cliquez pour agrandir l'image
                (VHS - France)

Les Statues meurent aussi

Cliquez pour agrandir l'image
                (DVD -France)

Les Statues meurent aussi

Cliquez pour agrandir l'image
              (DVD - France)

Les Statues meurent aussi

Cliquez pour agrandir l'image
              (DVD - Italie)

Les Statues meurent aussi

Cliquez pour agrandir l'image
              (DVD - Espagne)


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : lundi 17 novembre 2014