1961-1964: retour au pays

Entre le voyage à Cuba en 1961 et le voyage au Japon en 1964, Marker retourne en France pour réaliser deux films fondamentaux: Le Joli mai et surtout La Jetée, tous les deux sortis en 1962. Le Joli mai est un long documentaire basé sur des interviews avec des Parisiens, dans l'esprit du cinéma-vérité promu pendant ces années par Jean Rouch et Edgar Morin. Le but de Marker dans Le Joli mai est de faire une radiographie spirituelle et idéologique des Parisiens. Marker leur pose tout un tas de questions des plus variées (leurs espoirs, leurs opinions, leur quotidien, s'ils sont heureux ou pas, etc.), et bien que le commentaire soit moins présent que dans ses travaux antérieurs, il est encore très important comme conscience critique, aussi bien dans ses remarques en "off" que dans son organisation du matériel filmique.

À l'opposé, La Jetée, probablement le film le plus célèbre de Chris Marker, est un point d'inflexion dans son œuvre. Dans ce film construit comme un photo-roman fait d'images fixes, Marker abandonne le mode documentaire et utilise les ressources de la science-fiction pour construire une fable fascinante sur le temps, la mémoire et la subjectivité, ainsi que sur leurs relations avec l'image. Il s'agit d'une problématique qui va hanter dès à présent toute son œuvre, tout particulièrement après les années "militantes".

Commentaires 1 et 2

Edition des premiers scénarios des films de Chris Marker.

Commentaires 1 comprend :

  • Les Statues meurent aussi (1953)
  • Dimanche à Pékin (1955)
  • Lettres de Sibérie (1957)
  • L'Amérique rêve : film imaginaire (1959)
  • Description d'un combat (1960)
  • Cuba Sì! (1961)

Commentaires 2 comprend:

  • Le Mystère Koumiko (1965)
  • Soy Mexico : un film imaginaire (1965)
  • Si j'avais quatre dromadaires (1966)


haut


La Jetée

la jetée chris marker

(1962)

Le Joli mai

le joli mai chris marker

(1962)

commentaires chris marker