Traductions par Chris Marker

Dès les débuts de sa carrière, Chris Marker a entrepris un travail de traduction de romans anglo-saxons et allemands. Leur repérage est parfois difficile, car c'est un des domaines dans lequel il s'est le plus amusé au jeu des pseudonymes.
Nous proposons ici ses traductions dans l'ordre chronologique de parution, indépendamment de l'année de parution de l'ouvrage original, liste à laquelle nous intégrons les quelques traductions attachées à des films ou des poèmes.

Christmas 1945 (1947)

Traduction du poème du sergent Al Hine, édité en français dans DOC 47, n° 2-3 (spécial Noël), p. 39, et publié en anglais dans la revue Yank. The Army weekly. By and for men in the service du 21 décembre 1945, vol. 4, n° 27, p. 21, que Marker a pu lire durant son activité dans l'armée de l'air américaine, lors de la Seconde Guerre mondiale.


haut

La Jungle est neutre (1951)

Traduction en français, parue aux éditions du Seuil, de The Jungle is Neutral (1949) de Frederick Spencer Chapman.



haut

Le Prince des ténèbres (1951)

Traduction en français, parue aux éditions du Seuil, de Prince of Darkness (1947) de James F. Powers.
Traduit par Chris Marker ET Charles Antonetti, homme de théâtre, auteur d'une demi-douzaine d'ouvrages. Ce dernier était attaché à l'éducationde la jeunesse française au sortir de la guerre, dans le cadre d'associations telle que "Peuple et Culture".



haut

La Quadrature du sexe (1952)

Traduction en français, parue aux éditions du Seuil, de Is Sex Necessary ? Or, Why You Feel the Way You Do (1929) de James Thurber et Elwyn B. White.
Traduit par Chris Marker, sous le nom de Christian Marker.





haut

La Fille du Vendredi Saint (1953)

Traduction en français, parue aux éditions du Seuil, de Good Friday's Daughter (1952) de Francis Stuart.

haut

Grandeur et décadence d'un peu tout le monde (1953)

Traduction en français, parue aux éditions du Seuil, de The Decline and Fall of Practically Everybody (1950) de Will Cuppy.
Traduit par Chris Marker, sous le pseudonyme de Fritz Markassin.




haut

Broadway by Light (1958)

Traduction en français du commentaire du film de William Klein (1957), édité dans Anatole Dauman. Argos Films. Souvenir-Ecran (1989).



haut

Le Gardien du soleil (1965)

Traduction en français, parue aux éditions du Seuil, de The Sun's Attendant, a Diptych (1963) de Charles Haldeman.
Traduit par Chris Marker, sous le pseudonyme de T. T. Toukanov.





haut

Europort - Rotterdam (1966)

Adaptation des sous-titres du film de Joris Ivens, éditée dans L'Avant-scène cinéma, n° 99 (janvier 1970), p. 43-48.





haut

Tous les chiens, tous les chats (1970)

Traduction en français, parue aux éditions Flammarion, de So kam des Mensch auf den Hund (1950) de Konrad Lorenz.
Traduit par Chris Marker, sous le pseudonyme de Boris Villeneuve.





haut

Les Armements modernes (1970)

Traduction en français, parue aux éditions Flammarion, de Unless peace comes (1968), ouvrage collectif sous la direction de Nigel Calder.
Traduit par Chris Marker, sous le pseudonyme de Boris Villeneuve.





haut

DOC 47 n° 2-3 Peuple et Culture Chris Marker
la jungle est neutre chris marker frederick spencer chapman
prince des tenebres james f. powers chris marker charles antonetti
la quadrature du sexe chris marker
La fille du vendredi saint Francis Stuart traduction Chris Marker Seuil
grandeur et decadence d'un peu tout le monde chris marker
tous les chiens chats chris marker