Matériels utilisés par Chris Marker 
dans ses oeuvres.

Colleuse Léo Catozzo.

On l’aperçoit dans ’’2084’’, elle est l’invention de Léo Catozzo monteur, scénariste et acteur italien qui abandonna le cinéma pour se consacrer à sa vieille passion : la Musique...







haut

Cadillac Limousine Série 75 de 1952.

Spécialement préparée pour le cinéma, elle a servi aux travellings extérieurs du « Joli Mai » tourné en 1962
A l’époque elle pouvait se louer pour la somme de 2.500 francs par jour avec chauffeur et 1.500 francs sans chauffeur (Note 3). Dotée d’un moteur V8 de 5,4 litres qui développait 190 CV. Elle appartenait à Bernard Chateau le « Spécialiste sur voiture travelling ».


haut

Rolleiflex 2.8 F.

« Dans les année 60, le Rolleiflex était le standard de référence du TLR format 6×6 en forte concurrence avec les reflex SLR, ou les Leica M, mais dans les films et reportages de l’époque, on voit encore pas mal de reporters qui l’utilisent ne serait-ce que pour la visée en plongée et à l’envers à travers la foule. Le Rolleiflex 2.8 F a été fabriqué à 80 000 exemplaires de 1960 à 1981.
Il n’est pas le produit de la mode des années 60 mais bien le lent aboutissement de trente-une années de recherche et développement chez Rollei, à partir de 1929.
C’est un appareil recevant des films 120, mais certains 2.8 F sont équipés d’un compteur de vues 24 poses et peuvent recevoir des films au format 220. » (Note 1).

Chris Marker utilise cet appareil lors d’un auto-portrait célèbre paru pour la première en 1961 pour la promotion de « Commentaires ».


haut

Caméra Arriflex 16-ST.

Caméra de la marque allemande Arri (Maison fondée en 1917 à Munich), créée en 1952, elle a été produite à 20.000 exemplaires.
Photo de Chris Marker et de sa caméra Arriflex 16-ST probablement prise par Agnès Varda. Elle est insérée dans son film « Salut les Cubains ».
https://www.youtube.com/watch?v=yUP9pMldtUw



haut

Caméra Arriflex 35 II A.

Dans "La Jetée", le réveil d’Hélène Chatelain (19'30") a été filmée par cette caméra « Empruntée une heure... » comme l’écrit Chris Marker dans son article ’’La pauvreté des moyens’’ paru sur le site Dérives.tv. ici.





haut

Caméra Beaulieu R-16.

Caméra française au format de 16mm, construite entre 1965 et 2002. Ce modèle est proposé soit avec une tourelle rotative pour 3 objectifs, soit en version tourelle fixe ("Spécial zoom »).

On trouve des "autoportraits" de Marker dans "Sans soleil" (1982), diffusé "dans un des écrans du mur de télévisions, avant un mouvement de caméra vers l'homme qui le filme,




haut

Caméra Bell & Howel Filmo 70-DR.

Plusieurs photos montrent cette caméra dans les mains de Chris Marker lors du tournage du "Mystère Koumiko".

Caméra 16mm, mécanique à ressort, produite à Chicago entre 1955 et 1970.






haut

Caméra Bolex H-16

Caméra suisse produite de 1947 à 1958. On l'aperçoit dans les mains de Chris Marker sur cette photo prise los du tournage de "Lettres de Sibérie".

Dans une interview donnée à la revue "Asie Information, Vent d'Est" n°4 (1965) Koichi Yamada assistant de Chris Marker sur le tournage du "Mystère Koumiko" nous dit : "Marker, parti à Tokyo sans intentions précises, ni scénario, mais avec son inséparable Bolex 16mm, rencontra Kumiko Muraoka et décida de lui consacrer un film."



haut

Caméra L’éclair 16 "Coutant".

" C'est en 1962 qu'apparaît le prototype KTM de l'Eclair 16 (du nom de l'industriel qui l'a produite) ou Coutant (du nom de son créateur). Dans les années suivantes, cette caméra 16 mm légère et silencieuse, la première qui permet de synchroniser images et son, va révolutionner le cinéma direct. L'ingénieur Coutant avait déjà bouleversé le paysage technologique avec le Cameflex, une portable 16 mm ou 35 mm, mise au point pendant la guerre, mais encore trop bruyante pour permettre le son synchrone.
De L'Eclair 16, on a beaucoup dit qu'elle a permis le cinéma vérité. L'historien du cinéma et critique Georges Sadoul préférait la qualifier de «caméra vivante». Voici ce qu'en dit Pierre Lhomme, qui en fut souvent l'opérateur, notamment sur A bientôt j'espère de Chris Marker et la Maman et la putain de Jean Eustache : ‘’Elle nous apportait fondamentalement la possibilité de tourner en son synchrone, avec une équipe légère. A la main si on voulait. Nous étions moins asservis. Le câble qui reliait la caméra et le magnéto avait disparu. La lourdeur du matériel avait disparu. Et elle était fiable. Cela nous donnait et aux films que nous tournions une souplesse inconnue jusqu'ici. Comme c'était une caméra 16 mm, il fallait qu'on gonfle le film en 35 mm pour pouvoir le sortir en salle, mais ce n'était pas trop un problème.’’ » (Note 2)
Utilisée sur les tournages de « A bientôt, j’espère », du « Joli Mai ».

haut

Caméra Kodak XL 340 Automatique .

Caméra pour pellicule 8mm et super 8, 18 images par seconde et une ouverture f/1.8.
En 1973 Chris Marker l'utilisera pour tourner « L’Ambassade » avec une pellicule muette.





haut

Caméra Pathé Webo 16mm.

1956, Chris Marker accroupi filme un spectacle chinois. Cette photo parue dans le numéro 234 de la revue "Esprit" a été prise à l'occasion du tournage de "Dimanche à Pékin" film réalisé grâce aux matériels prêtés par Paul Paviot.





haut

Caméra Sony Handycam AF CCD.

Caméscope utilisant le format Hi8 (High-band Video8), une cassette vidéo d'enregistrement analogique grand public pour caméscopes basée sur le format vidéo 8 mm développé par Sony et introduit en 1989. Le nom est issu d’une amélioration du format Video8 original et était principalement en concurrence avec Super-VHS.

« Le tombeau d’Alexandre » dans sa deuxième lettre à Medvedkine, Chris Marker prête son Handycam à Yakov Tolchan et dit de lui :
…Son dernier acte de propagande aura été pour Sony."


haut

Synthétiseur EMS VCS3.

Présent aux génériques de "Fond de l’air est rouge" et de "Sans Soleil", Le VCS3 (pour Voltage Controlled Synthesizer with 3 oscillators) ou Putney est un synthétiseur analogique semi-modulaire produit par la société britannique Electronic Music Studio (EMS) à partir de 1970.
On aperçoit sa matrice à la fin de "Sans Soleil".
Codé par Pierre Couprie sur Max MSP : ici



haut

Synthétiseur d'image EMS SPECTRE.

Présent au générique de "Sans Soleil". Chris Marker lui a consacré un des courts de la "Zapping Zone", "Zone Spectre".






haut

Synthétiseur Yamaha DX7.

Mis à la vente en 1983, c'est la machine qui a révolutionné le monde des synthétiseurs au début des années 80. Ce fut le synthé le plus vendu à son époque : il a "balayé" toutes les autres machines pendant près de 3 ans et sa carrière a duré 4 années.

Il fut utilisé par de très nombreux musiciens, dont Depeche mode, Brian Eno, Talking heads, U2, Front 242, Enya et The Cure.
On le retrouve en support de sieste pour Guillaume-en-Egypte, le Chat écoutant la musique dans l'interlude du "Tombeau d'Alexandre". Il est plus que probable que Michel Krasna et Hayao Yamaneko aient composé sur cet appareil.


haut

Mélangeur Audio/Vidéo Panasonic WJ-AVE5.

Le Panasonic WJ-AVE5 est le premier matériel de post-production vidéo analogique Panasonic mélangeur grand-public compatible avec les « nouveaux » formats de l’époque, le S-VHS et le Hi-8. Probablement utilisé par Chris Marker sur la post-production de "Chats perchés", "Une journée d'Andreï Arsenevitch" et de "Souvenir d'un avenir".



haut

Enregistreur sonore Nagra III.

En 1958 sort le Nagra III, entièrement transistorisé. Pour la première fois, un appareil de 5 kilos, alimenté sur piles, est l'égal en qualité des lourds enregistreurs de studio. Totalement fiable, très robuste, construit avec les meilleurs composants, le Nagra III est adopté par les ingénieurs du son du monde entier, aussi bien à la radio qu'à la télévision et au cinéma. Grâce à sa légèreté, alliée à la caméra 16mm Eclair 16, il permet au cinéma de descendre dans la rue, comme le font notamment l’ingénieur du son Pierre Bonfanti lors du tournage du Joli Mai.


haut

Walkman Sony WM-D6c.

Walkman est une marque déposée par Sony, Akio Morita est considéré comme l'inventeur du concept. La série WM est un des premiers Walkman très vite utilisé par de nombreux journalistes.
Dans une de ses lettres Chris Marker signalera à John Burgan avoir utilisé ce Walkman pour la bande audio de "Sans Soleil" car : "Not one sync sound in the whole movie...".



haut

Ordinateur Sinclair ZX80.

Commercialisé dés 1980, initialement vendu en kit, il est le premier des ordinateurs à moins de 200 $ (1.000 francs en France) laissant percevoir l’arrivée massive de ces objets dans nos foyers. On le retrouve à la droite de Chris Marker dans une photo prise dans son atelier en 2000 lors du montage du film "Un maire au Kosovo".




haut

Ordinateur Sinclair ZX81.

Crédité au générique de ’’2084’’, il est le successeur du ZX 80.










Ordinateur Apple II GS :

Utilisé pour Immemory et Dialector, on le retrouves aux génériques de fin de ’’L’héritage de la chouette’’ et du ’’Tombeau d’Alexandre’’.






haut

Notes :

1 : renseignements trouvés sur le site photosurcour.fr 
2 : " AN 2000. LES OBJETS DU SIÈCLE ". Libération 13 mars 1999.
3 : en 1962 le SMIG (ancêtre du SMIC) est à 1.700 francs.


haut

Page en cours de construction...

.... elle évoluera au fil de nos recherches et des renseignements donnés par les markerophiles. N'hésitez pas à nous communiquer vos connaissances et vos découvertes. D'avance merci et déjà merci à Quentin Darcq et Matthew O'Toole pour leurs participations à cette page.


haut